Ec(h)o de Bretagne saupiquet conserverie Entreprise marque bretonne bretagne histoire story entreprise

Saupiquet

Ec(h)o de Bretagne
Ec(h)o de Bretagne
Saupiquet
/

Bienvenus dans notre rubrique l’Ec(h)o de Bretagne sur Billg Radio. L’histoire de la Bretagne, on l’a déjà dit, c’est aussi la grande épopée d’entreprises, de fabriques, de marques nées ici. C’est fabriqué chez nous et on en est fiers. BR, aujourd’hui va vous raconter une autre aventure économique, née sur le sol breton.

Ec(h)o de Bretagne saupiquet conserverie Entreprise marque bretonne bretagne histoire story entreprise
« Tout le plaisir en filet », « Plein d’idées à savourer », « Quel thon fait-il aujourd’hui ? ». Tous ces slogans vous disent quelque chose ? En 1870, un certain Arsène Saupiquet arrive à Nantes pour travailler comme contremaitre Ferblantier. 7 ans plus tard, il créé une conserverie spécialisée dans le conditionnement des sardines et dès 1891, les affaires marchent si bien qu’Arsène fonde une société de conserves qui prend la marque Saupiquet. Vers 1900, c’est pas moins de 9 usines qui sont implantées en Bretagne et en Vendée. Arsène Saupiquet y développe son invention : une boite de sardines que l’on peut ouvrir avec une clé sur le couvercle.
Ensuite, grand succès de la marque Jockey Club. Mais si… Vous êtes déjà surement tombés une jour sur la célèbre affiche publicitaire, qui, à la demande d’Arsène Saupiquet, représente 5 personnalités dégustant des sardines : il y a vait le Docteur Grenier, alias Sidi-Ali Bey, médecin et député converti à l’Islam, Yvette Guilbert, chanteuse, Henri Rochefort, journaliste, la sulfureuse Sarh Bernhard et Aristide Briand, ancien 1er ministre.
Dès 1955, l’entreprise prospère tant qu’elle absorbe la totalité des conserveries nantaises et elle devient la Compagnie Saupiquet. Dans les années 80, la Compagnie cède son activité de conserves de légumes et sa filiale Cassegrain gardant juste ses plats cuisinés. Et c’est une nouvelle aventure : le lancement d’une gamme de salades, Les Saladières, dans un bol avec couvercle facilement détachable. Puis, il y a quelques années, un groupe italien absorbe Saupiquet qui ferme son usine de Nantes en 2005, son siège social en 2010, puis son usine de Saint Avé. Seul l’établissement de Quimper, dans le quartier du Moulin Vert, qui conditionne les filets de maquereaux et de sardines, reste en service.