FRISSONS EN BZH bretagne fait divers mer pieuvres sanglier douarnenez billigradio

Pêches angoissantes

Frissons en Bretagne
Frissons en Bretagne
Pêches angoissantes
/

Dans « Frissons en Bretagne » sur Billigradio, nous partageons des histoires, des catastrophes, des faits-divers qui font encore trembler certaines mémoires… Et si ce n’est les mémoires, les récits de ces événements sont encore très présents et se transmettent.

Si jusque-là, nous sommes restés sur terre… malgré l’aspect parfois fantastique des faits… En tout cas  aujourd’hui partons en mer… En effet, elle fut aussi le théâtre de faits divers invraisemblables que l’on retrouve dans les récits de journalistes où au travers d’illustrations très réalistes de l’époque. Et plus précisément aujourd’hui, je vais vous parler d’invasions bien incongrues d’animaux en pleine mer.

frissons en bretagne bzh faits divers pieuvre mer 1906 1901 affaires billigradio

Tout d’abord, nous sommes en 1901, exactement le 13 janvier et même dans le journal Le Parisien, on retrouve l’épopée de deux hommes qui, ce jour-là, ont mené une pêche peu banale. En ce mois de janvier 1901 donc, un énorme sanglier chassé de la forêt a été aperçu se jetant dans la mer par deux pêcheurs de Douarnenez. Aussitôt, les deux hommes embarquent et se lancent à sa poursuite. Dans leur frêle embarcation, ils parviennent rapidement à proximité de l’animal et tentent de le blesser avec leurs gaffes. Rassurez-vous, moi non plus je ne savais pas ce qu’était une gaffe, j’ai donc cherché et trouvé que c’était un crochet télescopique pour la pêche…

Donc ils essaient d’alpaguer ce sanglier marin avec leur gaffe. L’animal réagit immédiatement et violemment. Il cherche même en se rapprochant à faire chavirer l’embarcation. L’article du Parisien se termine ainsi « la lutte fut périlleuse pour les deux pêcheurs qui ne vinrent à bout de l’animal qu’en le frappant sans relâche, en lui passant une énorme corde autour du cou… Ils remorquèrent l’énorme bête jusqu’au rivage où tous les habitants qui avaient été spectateurs de cette lutte aidèrent à l’atterrissage. On en parlera longtemps sur la côte bretonne ! » Bonne prédiction puisque c’est ce que je fais aujourd’hui, 120 ans plus tard sur Billigradio !

Cap maintenant sur la côte nord de la Bretagne pour un autre fait invraisemblable. En ce mois de décembre 1906, la Perle chalutait, c’est-à-dire trainait ses filets de pêche à proximité d’Erquy. L’équipage éprouve des difficultés lors de la remontée du chalut…. Serait-ce une pêche miraculeuse aujourd’hui ? Tous les marins participent à la manœuvre et quel ne fut pas leur étonnement à la remontée du filet ! Un journaliste rapporte les propos d’un marin : « On aperçut dans un grouillement effroyable, des centaines de pieuvres entassées entre les mailles tendues à craquer. Certains de ces monstres étaient pourvus de tentacules dépassant deux mètres de longueur ! »

La situation est angoissante. Il fallait décharger le filet des dangereux poulpes et éviter d’être enserrés par leurs tentacules. A un moment donné, les pieuvres couvrent un côté du bateau avec ces terribles tentacules. Le patron n’a pas le temps de crier l’ordre de couper le câble reliant le filet au bateau. Huit pêcheurs armés de haches tranchent la corde du chalut et échappent ainsi au naufrage qui semblait inévitable.

Les marins vendent ensuite au Terre-neuvier Consonne les quelques pieuvres qui sont restées à bord du bateau. Ces pieuvres serviront d’appât pour la pêche à la morue. La Perle quant à elle, a perdu son matériel de pêche, causant un énorme préjudice financier au patron pêcheur.

A bientôt pour une autre histoire dans Frissons en Bretagne. Retrouvez ce récit frissonnant et d’autres en podcasts sur billigradio.com