maitie pa creyabl louise boussard plémet BRETAGNE bzh gallo galo breton Bretagne langue billigradio

Louise Boussard se n-n’alit

Maitië Pa Creyabl'
Maitië Pa Creyabl'
Louise Boussard se n-n'alit
/

Louise Boussard se n-n’alit !

« Ayant eû ene mere qi chantaet… ben… on taet 6 fiys, on chantaet tertout e i taet pa rare qe qen qhuq’uns arivaent a la fenetre, i dizaent : pa besouin d’avair le post parce qe ça fet du brut céz vous sans le post » Maitië pa creyabl la fame qi se n- n’alit la daraine semene. O taet un soulai pour le monde, la vla ene etaile astour-ci.

maitie pa creyabl louise boussard plémet BRETAGNE bzh gallo galo breton Bretagne langue billigradio

Yelle, c’ét Louise. Louise Boussard. Pour les siens qi la qeneussaent, Louise taet la bone arivèille du matin dic’ao sair, du vezon tenant. Ene siene q’émaet a se defuter, a richoler, a devizer… Ét vra, qe falaet pâ y-étr abrivë qen j’rencontrions La Louise raport q’ol avaet tenant du cai a conter, a chanter e qe de toutes les manières ça taet ene passéy sitant haitante. La grâce come c’ét maitië pa creyabl. Ene viy eyou qe la chanson avaet ene pllace vra conseqente si bel e si ben q’ol enghernit o le CAC Sud 22 e son grand amin Dédé Le Cô ene galette o des dieries, des chansons, des acreries q’étaent den sa souvenance de garçaile.

Néy native de Pllemë, Louise ol ét fieraode vra fieraode de son monde, de ses enterjiéys, de son parlement : « Je caozions galo a l’otë. Mon mond i nous laissaent notr faqhültë d’inventeriy. Ma jiénèsse o fut sans tabut aoqhun e invençion de la douner dé domé un guezon ».

Biao q’ol alit a Paris, jameins point jameins Louise ombllit sa jouae de chanter ou core son paiz e son parlement : « Qen je sës partie a Paris, den les permiers temps ou je oueyaes la radio, qhuqes fais, je reqeneussaes la chanson meins i la chantaent pa du tout come mai… Les paroles taent core a peu près braves meins n’i avaet qheuq’un en cours de route q’avaet chanjë qhuqes notes. »

Ervenue a Pllemë en retirance, Louise ét perzente den toutes les erivries, les alivetéys en galo du paiz a metr ao haot bout son parlement : « Je ouaye mai hardi de persones qi dizent : oh ben oui ben sur je caozaes patois, meins j’ë tout oublië mézë. Meins c’ét pâ vrai, c’ét parce qu’i veulent pâ, i trouvent qe ça fét plouc… parce qe qen on l’a caozë jusqe 20 ans on peu pas l’oublier. Je trouve mai q’on a du pllézi qen méme a caozer. N’i a qhuqes istouéres, des acreries… c’ét core rigolo de les ouï e si on les dit en françaez, ça n’a pu aoqhun sens… Je trouve qe ça vaot qen méme le coup de se rappeler. »

« Vla le bout » come o dizaet. La fame-la taet maitië pâ creyabl’ !