echo de bretagne réussites bretonnes économie Bretagne entreprises marques produits billigradio a l aise breizh

A l’aise Breizh

Ec(h)o de Bretagne
Ec(h)o de Bretagne
A l'aise Breizh
/

Bienvenue à vous dans la rubrique l’Echo de Bretagne et aujourd’hui, vous allez encore plonger dans l’épopée d’une marque bien de chez nous.

Vous la connaissez cette bigoudène un peu fofolle ? Elle est souriante mais un peu collante. Elle vous regarde bien souvent de l’arrière d’une voiture ? Et oui, il s’agit de la marque A l’Aise Breizh ! Basée à Morlaix, la société À l’Aise Breizh rayonne sur le textile Made In Bretagne. Lancée en 1996 et forte de 2 000 références, la marque est devenue l’un des symboles du tempérament breton ainsi qu’un signe de ralliement reconnu.

autocollant-a-laise-breizh-noir echo de bretagne réussites bretonnes économie Bretagne entreprises marques produits billigradio a l aise breizh

En 1996 lors d’une soirée à Paris, Erwann Créac’h et Xavier Richard ont l’idée de créer une gamme de tee-shirts illustrant « leur » Bretagne : fêtarde, drôle et ouverte. Ils se sont rencontrés autour du festival Tamaris, l’ancêtre des Vieilles Charrues. Le premier est bénévole, le second, qui signe sous le pseudo El Globos, en illustre les affiches. Rockeurs invétérés, ils sont aussi des adeptes de l’ambiance “bistrots, gueules cassées et brèves de comptoirs”. Ils lancent une marque de tee-shirts humoristiques, avec 10 000 francs qu’Erwann Créac’h emprunte à sa petite amie pour qu’elle achète une machine à imprimer. Il vend les premiers tee-shirts sur les marchés bretons et parisiens.

Après 4 ans d’activité, Créac’h encadre ses tee-shirts et organise des vernissages dans des bars (« arrosages »), appelés Tournée Générale, ce qui suscite l’attention de journalistes parisiens. En 1999, il ouvre sa première boutique à Morlaix et un local technique de 80 m2 en plein centre-ville. Ses tee-shirts plaisent aux Bretons qui retrouvent, dans l’autodérision de la marque, la Bretagne qu’ils aiment (Bob Morlaix, Chez Guevarrec, Après la pluie vient le breton !, Menhirs Black…).

L’entreprise pratique la diversification depuis 2009 avec l’ouverture d’une brasserie A L’Aise Breizh Café à Vannes, suivie d’un deuxième restaurant à Brest. D’autre part, la gamme de produits s’agrandit : vaisselle, vêtements et linge de maison3… Toutes les impressions (un million par an) sont réalisées à l’usine de Morlaix. Une ligne de produits basques, Bask in Bask, a vu le jour5. De nombreux partenariats sont menés avec les festivals bretons. En 2011, l’atelier de Morlaix passe à 1 500 m2

De la sérigraphie, de la broderie, la partie production de A l’aise Breizh leur permet de travailler pour leur propre marque et pour d’autre clients, un équilibre qu’ils tiennent à garder.la société a fait l’acquisition de 9 métiers à tisser des établissements Gagnant. L’atelier de tissage donne désormais une âme toute particulière aux fabrications morlaisiennes. On y conçoit des rouleaux de tissus que l’on coupe, confectionne et imprime sur place. Ça file fort, jusqu’à atteindre les 100 décibels lorsque toutes les bobines tournent à la fabrication 100% fait maison de linge de maison, tabliers, etc.

Derrière l’entreprise À l’aise Breizh se cache Tissage de l’Ouest, une marque vendue dans une dizaine de pays qui représente 7 % du chiffre d’affaires, contre 15% de linge de maison sous la marque À l’aise Breizh, qui sort un total de 9 millions de chiffre d’affaires sous toutes les coutures : 2000 références, 250 000 torchons par an, 180 000 tee-shirts ou encore 150 000 paires de chaussettes, 20 magasins en nom propre et 300 distributeurs.

Derrière ses chiffres, A l’aise Breizh avec ses autocollants est aussi un partenaire de la sécurité routière. En effet la marque a toujours véhiculé une image festive. « On a d’abord été surpris de voir la préfecture faire appel à nous mais on a tout de suite adhéré. Il ne faut pas opposer la fête à la sécurité », estime Erwann Creac’h.

Quand au fameux autocollant, il s’en est vendu plus de 2 millions. Aux débuts donc, en 1996, s’ils voyaient leur égérie orner le derrière d’une voiture, Erwann Créac’h et Xavier Richard saluaient automatiquement le conducteur : A l’époque, “c’était forcément un pote” qui croisait leur chemin. Puis il y a eu ce cap, où l’“on ne connaissait plus les gens qui le placardaient”.

Grâce à l’Aise Breizh, les patriotoques s’attirent même à l’étranger. A l’Aise Breizh serait un véritable aimant à Bretons. Grosso modo: “Si t’es seul et que t’as une fringue À l’aise breizh, t’es plus seul bien longtemps”, a rapporté Erwann Créac’h.

A bientôt pour une nouvelle aventure d’Echo en Bretagne sur Biligradio