• cover art

Votre choix dans l'agenda : Les bibites, un vra qemerce

Cante la belle sézon vienent les bibites.
Ni a des abibots de toutes maniéres.
Justenement, entr yeûs qi saotent, yeûs qi volent et yeûs qi se mucent, ni a du tabut à se fére pari !

Châqe anéy, ét la méme chace sans fin e les omes sont vra espritës pour s’ enchevi o les bétes-la.
Châqe bezaigne de l’ otë devient un vra chasse-mouche, eune maniére de tapette.
De la secousse, nan vaye des livres qi volent, des journiaos qi toqent les couézéys, des soulers qi s’ emmorfozent en vra machine a écllapi.
Meins c’ ét d’ avouer qe tout ela n’ avanje pouint!
E la qe les fezous sont finaods tout coume !
I vous perpozent des achetis fiziques pour repoqer l’ enemi.
Des chasse-mouches élétriqes, des sprays come les Angllaez disent pour les etoufer, des chandelles d’ o la citronnelle pour les donjier, des collants à paisser su les vitrs pour les coti, yeûs a encrouiller pour les piéjer ou core les qhûs de brigaods a brûler… e je sonje qe j’ en ombllie.

Meins come ni a core un petit de pllace den les pouchettes des fézous, après les repoussouers, i vous perpozent des medecines qi ghérissent caoze qe les ghibets, les mouches, les ghèpes, les fromis, les peûces et les cherpelouzes n’ont pouint core laissé votr otë.

Alour vous couettez cez le farmacien pour ajeter des crémes, eune pour égaceries, eune aôtr pour dégonfller et ben sû la daraine nouviaotë qi va chanjer le monde de la bibite et le vôtr pari!

C’ ét pouint core le bou de l’ istouère! Nouna dam !
Caoze qe nan ét ao bout du mouez d’ aôt e qe malgrë la fiziqe et la farmacie, vous vous épigochez tenant les bras et les qhettes, vous runjez core coment cartayer les maodits abibots-la l’anéy perchaine.
Alour les fezous vous perposent de pllacer vos sous den les féromones!
Les féromones c’ét l’ aveni qi prêchent.
O empôzent les bibites de se concrayer en les piéjant den des bouêtes sembelle.
E pés ao bout de la belle sézon, les égaceries seront finies, votr bourse sera pus léjière et pas meins les bibites seront défuntéys meins pouint grâce es fezous meins de rire…

Ecrivouère : Lorine

Des aguerouées, j’n’en faisons tant qe tant. Mai, ela me haïte ben d’ercontrer du monde qi runje su hardiment sujits, d’échanjer su des ideys, de se doner du qheur tou d’ensemble pour mener des aféres, des nouviaotës qi defuteraent le monde.
Meins, vlà que je caoze qe je caoze é pouint du sujit q’j’avae chouezi pour cet articl. I’a don qheuqes jous de d’là, je tae à eune aguerouée su le galo justenement. V’là ti pas qe yeune des bones gens perzentes nous dizit q’o s’enrevenae just de vacance. Je n’ä pu ben souvenance oyou q’ol tae meins a ptit lein. En v’là yun qi lu répondit « Pourqhi qe tu t’en vas en laizi si lein, cez nous (dan notr Berteigne) j’somes terjou en vacance. »
Me v’là à runjer ; mai qi tae justenement à sonjer su oyou qe j’vas aller o ma garçaille cet été. Je ghettae un endret oyou q’i n’’i aurae pas eune tropée de tourists à tou voulair faire la méme chaoze…. E pi je voulae la mér pouint pour me grâler su le sabl meins raport que je së bel é ben qheurüe de la mér, son bru, l’imaije, les vagues…. E pi je voulae des défuteries.
« T’as ti don la mouvette, qe je me dizis. Pourqhi don qe tu vourae rouler des qhilométrs et des qhilométrs à terouer tou ela lein, dan un aotr pays. Tou ela ét à l’entour de ton otë. N’i’a toutes les ocqhupations qe tu vouraes dan le qheur de la Berteign é core pllein de mervailles a aqeneûtr, des endrets qe t’as pas core veü é pis des amuzeries tant qe tant qe t’araes jamais le temps d’aller partout. »
Je me së don ataïnëe à faire eune afilonjée de laizis car I n’ét pouint caozance de rester à me délasser à l’otë avec ren de pllezant à me défuter. Je së d’aviz, mai, qe yeus qi sont lassës tant qe pu ne sont pas yeus qi font trop de chaozes meins bel et ben pu yeus qi ne font ren d’ataïnant, d’escarabl, de gouleyant….
Pouint trop de qhilométrs don (ét la nature qi m’ermercie en pu d’ela) é un été ben pllaizant vl’a don mon programe. Pour enrayer les semeines à veni j’vas aller aux Assembllées galézes à La Pernessaye. Va i avair des espectacls en galo, ou de music ou core des caozeries oyou qi va étr qhession de la Berteign. Hardiment de mond rest la semeine su La Pernessaye. Je sonje qe là va s’abouter a mener le drao pour les 40 ans d’aije de la souéte.
Je vourae ben, cette année, deveni eune ajissante dans l’espectacl son é lumiere de l’Abbaye de Bon Repos qi conte l’istouere é léjende des entours. J’ä ouï dire qe là ét eune vra boune idey pour ercontrer du mond, les sairées de refezeries sont vra haïtantes o tou les benvoulants.
Dan le mi-temps de la Berteign, fére un tour à piës ét à chaq fé un pllaizi. Je sonje qe j’pourae ben me pourmener du cotë du Lac de Guerledan, dans la Vallée de Daoulas, A tirer su Bosmeleac, I n’i a des pourmenades qe je pouvons fére sans ercontrer trop de monde q’on me dizit… Su le chané de Nantes à Brest, eune pourmenade en velo ét pas ben düsse pour mener méme les queniaos…
E pis les pourmenades, je pouvons en fére de manière vra orine. A Gouarec, je montons su un velo, une espéce de chârte oyou qi peut i en avair deû qi pedalent et deû, derere qi se délassent en ergardant la veü. Je serons su la ligne de chemin de fer, ét une vra belle maniére de viziter le paiz o son monde den la nature. A la Pernessae, A Pllouguenâ, core su le Lac de Guerledan ou de Bomelia, Su le Chané de Nantes à Brest… I a mouyen de fére un tour en kayak. Là ét vra haïtant meins gare à l’achalée su la téte. Je së, mai, hardiment qheurüe de m’erterouer dans l’istouere de notr paiz et là me haïterait ben de fére une pourmenade à Pontrieux den le vieû train.
A Rostrenen, dan le Kreizh Breizh, N’i a eune vra boune idey qe je veyis su la touele. J’pouvons avair un livret o un defi qi conte l’istouere d’eune famille vra beneize. V’la ti pas q’eune maovéze fée passit par là et é i s’erterouirent tou a l’egalouée (éparpillés) den puzieurs endrets du qheur de la Bertègne. A chaq de nous de les ghetter é de lé rassembller.
Den chaqu qemune de la Bertègne, i a un moucé d’istouére oyou qe je pouvons passer a p’tit de temps. La peu yétr un douet, eune chapelle, eune montrerie (Musée) come à La Chéze (La montrerie des metiers), a Uzé é Saint-Telo (La montrerie du Lin et de la Touéle), à Pllemë (Musée du pas d’antan)… J’en parlions core en aguerouée l’aotr jou, n’i a tou pllein de souétes den les qemunes pou nous ghider à en savair pu.
E pis, n’i a pa un soule bout de semeine sans eune fét d’un bout à l’aotr.
Pour en fini, c’ét cller qe le qheur de la Berteigne ét bel é ben l’endret oyou qe je dë yétr pou passer un été pllein de merveillances, de decouvrances, d’amuzeries. I a core un avantaije à yétr ilë, c’ét qe je somes pas ben lein de la mér et qe en qhoqes minutes de voueture j’pouvons ariver su eune rote, un chemin, un bout de greve oyou qe le paizaije, les bruts (si n’ia pas d’atropolée de gens), les sentiments sont, pour sûr les pu biaos du mond.

Ecrivouère : Anita

Résultat de recherche d'images pour "héro breton"

Den la vra vie, n’i a deuz manières de cllâsses (catégories) de monde. Le vra monde qi se déjouqent châqe matin pour aler fére lous ouvraijes, fére-après (s’occuper) de lous garçailles e se défûter un petit le sair.

L’aotr cllâsse de monde fét tout parail come les permiers meins en pus d’la, o saove un chain qi chét den un ruzé o un marcaod de la brûlerie d’ene otë. Les siens-la sont des grand-omes (héros).
Meins pour hardi de monde, vous é mai, nous les Bertons, je somes qhoqefai des grand-omes o ben des fais des boûzous, d’après (selon) qe le monde sieudrent les idéys (doctrines) des pariziens é de la haote pena (élite) o si qe le monde runjent un petit par lous-mémes. Les Bertons sont des grand-omes cant q’i vont en mée en plleine pioale (tempête) o si qi n-i a des riguedaods pour le Festival Interceltiqe. I font des “Qodak Lous Goules” (selfies) é i treuent tout ëla lein-venu (exotique).
Meins come je somes len-lein de Paris, je somes des bedâs, des pachus o core des beulouz etou.

Si qe n’i avaet q’ëla ! Si qe n-i avaet qe les Pariziens a se gaosser de notr monde !
Meins le pus pis, ét qe les Bertons s’abegaodent (se moquer) de yeûs mémes e entr yeûs.
Parème, si q’nan acoute les Bertons de la côte, i sont ben pus fort, ben meillous qe les bertons du mitant. Meins les bertons qi ne sont pouint su la côte n’ont pouint core de grand-rotes o ben des trains qi vont dret bout diq’a Paris parail come ene nâche pour chain ! Den les terres, j’n’avons pouint d’empouézounement de l’ére, ne d’embouteillaijes cant qe les siens de la grand-vile arivent par cèz nous pour s’égâiller su les greves bertonnes.
Meins n-i a pus pis q’la ! Les Bertons qi caozent le Berton dejetent (dédaignent) les siens de haote-Bertègn raport a lou parlement.
Pour yeûs, le Galo n’ét pouint faraod (chic/élégant) assë.
Deuz tournemants, un paiz, la ne va pouint pour hardi de Bertons. A la parfin i ne saraent t’i pas pus Françaez qe les Françaez en decârant (déclassant) un de nos parlements pour un aotr ?

Les vras grand-omes sont yeûs qi ne vivent pouint d’o les louais (codes) just pour y-êtr come les aotrs (dans la norme) meins yeûs qi s’erchôment cant qe le cai n’ét pouint contatibi (équitable) ne pour yêus e ne pour les aotrs de domé.

A la parfin e sans glorieûzetë (fierté) aoqhune, je sonje qe les Bretons sont les grand-omes pour les Françaez raport q-i n’i a ene douve entre nos deuz mondes.
Je sonje qe les siens de la Côte ont de la jalouzetë raport qe le Berton en yeûs ét mélayë d’o la vie des pariziens e qi n’ont pouint aotant de libertë d’être Berton qe sti-la du mitant.
E come je reste den le Paiz Galo, je sës ben benèze de y’etr le piqeron den le pië des bertons qi caozent du Galo en mâ e qi sonjent, a la manière d’un Francez, qe notr tournement n’ét pouint en mérite (digne) de y’êtr caozë o même montrë (enseigné) en Bertègn.
La Bertègn és Bertons ventiés ben, meins den deuz parlements.

Mémé a l’Ujène et Mémé de Mur.
Deuz bertones à lous manieres.
Parail come tout le monde, j’avaes deuz mémés qant qe je teas qeniaod.
N’ i avaet la mémé à l’ Ujène (raport ao nom du pépé) et n’ i avaet la mémé de Mur (raport q’ o demeuraet su Mur de Bertègn).
Ben su j’ araes pu ahucher la permière mémé de St-Crade raport q’ ét la q’ o demeuraet et la deuziéme mémé ao Lucien (vous enterluzez ben que le pépé avaet le nom-la) meins j’ ë pouint souvenance porqhi qe je chouezis de fére l’ erreur de même.

Du temp la, je taes pouint a sonjer den ma bertonitë et pas pus fô den le deveni du galo.
Pas jameins, je runjeas qe je taes en Bertègn. Den ma jieune téte, je craye ben qe ni avaet pas ren d’aotr den le monde qe la pllace eyoù qe je demeuraes (St Crade a cotë de mémé à l’ Ujène) é yèle eyoù qe j’alaes à vacancer (à la ferme cez mémé de Mur).

Ma mere disaet du temp-la qe la mémé à l’ Ujène (qi taet sa belle belle-mere) caozaet net mal le francaez. Mai je taes aroutinéy de la ouï dire : “je vais donner à manger és lapins” ou core “ il fait froid a matin” ou core “ça va gerouer cette nuit”. Ma mere, qi taet segretouère du temp-la,  enduraet pas ses bedaines é o se futaet ren q’ a sonjer den yeèle et son failli francaez.

A Mur, le francaez taet net meillou meins le pépé et la mémé avaent tous deuz eune maodite maniere de mettr des tche den tous leurs bouts de paroles tout coume!
De la secousse,lou vilaije qi a nom Curlan devint Tchurlan.
Dés qe qhoq’ un arivaet à Tchurlan, je ouissaes : Tchi qui arrive ? Tch’ est ce qui veut?ou core “on est pas trantchilles”…

Je grandis donc en sonjant qe j’avaes un drôle de monde qi ne caozeat pouint parail come mai é qe la taet surenement eune maniere de vieux.

Meins si laà vous aotrs etou, vous sonjez que mon monde taet un petit baroqe, v’ alez pas yétr mâris cant qe v’ alez aqeneûtre les istouères qe me racontint les deuz bounefemmes-la.

Yèle à Mur de Bertègn, ol avaet eune manière de don pour pressenti le deveni, o rêvaet qhoqes fais une nouvelle avant q’ ol arive é o vayit des fénomènes mirabilla.
E come ela,q’  un sair de la belle sézon que le pépé taet parti visiter son biao-frere qi taet badalë ben badalë, o restit tout sou, sieutéy den sa vieille qhuizine. Le temp taet net biao, pouint trop chaod, pouint de nuaije, pas ren den le cië qi araet pu douner eune expliqe a qhi q’ o vit. La couézéy de la qhuizine taet ben ouverte du temp-la. D’ un coup, un epare entrit den la qhuizine, tournit autour de yèle et s’ en retournit en-dehö. Même pas pou la mémé, la permière idéy q’ ol eut, ça fut d’ ergarder l’ oure. Je sës pus ben meins je craye ben qi taet pas lein de 10 oures la nétèy. Un petit temp après, o vit le pépé s ‘enreveni de cez le biao-frere et li dit :
“je sës q’i defuntit es environs de 10 oures”. Je vous caoze pouint de la surprinze su la tété a pépé…

Èele a St-Cradé, o l’ avaet pouint de don. Pâs meins, o racontit qhoqes drôles d’ éqherouéys qi arrivitent à sa mere.
Un jou, o racontit une sairéy qe sa mere allit danser cante ses amines.
Du temp-là, a l’ entame du 20 ème siécl, ni avaet pouint de chêrte alour les amines cheminaent à pië. O cheminint, o caozint, o rigolint, cant q’ o ouissirent un cheva q’ arivaet par derrère yeles.
O se détournirent ben su é virent un vra biao jieune bouboume qi les doubllit.
De la secousse, o z’  ombllirent le cheva q’ o ouissirent just avant.
Pour abouter, o arivirent ao riguedaod et prinrent part ao la féte.
D’ un coup, tout le monde se mirent à regarder du  même cotë.
Sieutë tout sou den un coin de la pllace, tout le monde virent le biao jieune bounoume qi doubllit la mere a ma grand-mere é ses amines.
Il taet biao tout coume ! Et pés, par dessou la tabl, tout le monde veyit q’ a la pllace des piës, il avaet des sabiaos de cheviaos!!!
Pas creyabl pari!

Ben des anéys pus tard, mai qi sonjaes pouint trop den ma bertonitë, je m’ avizis qe, sans réalizer, j’ avaes tenant étë nayéy dedan!
Les Tche, les matins gerouës é les istouères mirabilla s’ ervinrent à mai et je comprins qe je taes ben bertone é qe le moment taet arivë de sonjer deden.

En v’ermerciant les mémés !

Ecrivouère : Lorine

Motier :
aroutinéy : habituée
ombller : oublier
éqherouéys : aventures

Durant tout le moué qi va vni, ‘la va yétr une vra belle éqerouée pour 23 françaezes meins je sonje etout pour bel et ben de monde dan le paiz. Vous väyez-ti de qhi q’il ét caozance ? I va don yétr mention de la coupe du monde de fotebale ou ben yeux qi vieulent diraen « la teuqe-ao-piës ». Meins du coup-la, ‘la n’va pas yétr des bounoumes su la cärrey meins des couéfes é des couéfes qi n’en vieulent hardiment. D’aoqhuns diront « J’en sës horni du fotebale-la ! ». Meins là, je sonje qe c’ét p’tit cai especia raport qe c’è la coupe du monde fumeline et en pus de ça en France.

Rassur’oûs, je ne vas pouint vous perzenter les jououzes, ni les pllezis du fotebale, ni core le portrèt des jououzes ou core pire la meniere de jouer. Je ne qenaet pas ren den les enhazéys (actions) des jouous,  les soqés libr (coup francs), les condanézons (pénalties), les bourdaïjes (obstructions), les enrais (engagements) e les 6 métrs… Je ne qenaet pouint yelles qi sont des ataqouzes, yelles qi sont des defensouzes, des empllaçantes… Les ghimenteries la, i sont den des mots de billets des journiaos ou dan des revûes come Onze mondial ou core su Telefoot dan la bouéte à goule.

J’vas mai vous caozer de l’entour, des bounes ideys qi cheminent den la tête é tant qe pu den le qheur des jououzes et de nous-aotrs.

En permier, mai, je demeuris tout demeurë, vra ebaobie cant qe c’ét qe je veyis qe la menouze passit su TF1 a bani yelles qi taent teriées pour yétr su les estades de la coupe du monde. Ela amontr q’ela ét eune afére aossi forte come cant les bounomes esperaent yeus itout. Biao qe, qand je demandit a ma fiy qhi q’ol en sonjaet, o me dizit : « C’ét vayant q’en France, les jououzes ne sont pas core des éteiles parail come en Ameriqes. J’n’en somes pas core la ! »
Deça, j’ë ben du pllaisi a sonjer q’i n’i ara eune atropelée de monde a s’entervair, a parlever, a se prendr dae la jourie-la, a porter cas a la glorieuzeté de notre paiz.
Pour en fini, d’aoqhuns diraent qe bounomes ou bounfame, tout là ét come la Gherche e Rannë*. Tout yeüs qi passent lou temps, lou vie a coure après eune teuqe ne runje pas den grand cai. Je l’s acoutit, mai, les dârains jous-li den l’post ou ben den la bouéte à goule, les jououzes de l’éqhipe de France. Je teroui q’il ont de cai den la téte et je vouraet ben qe la garçâille s’orineraen deden. I sont tout haïteys, fiëres tout come d’erperzenter la France, i tarvaillite a raide de corde pour yetr prinze den l’eqhipe et i vieulent tarvailler core pus pour russi. Pour yelles, pour l’éqhipe, pour les françaez, pour lou monde. I v’laen abuter (atteindre un but), ol ont zû hardiment de deu en-vû les idéys touté fétes su les filles qi joussent au fotebale meins i n’ont ren espérë des aotrs, i n’ont ren delâché.
Pour v’enghimenter, sav’ous-ti qe n-i a 5 jououzes de c’t’éqhipe là q’ont a-revaïr o la Berteigne ? Yeune orinée, yeune qi demeure depés toute jieune, trouéz aotrs qi joussent ou jouirent den des éqhipes bertones. Avant qe de mettr bout a fin, j’ë core de qhi caozer meins j’dirae just « Haï don les Blleues ! J’voulons vair de belles jouries, de belles maniéres de jouer é du pllezi !».

Rassur’oûs, je ne vas pouint vous perzenter les jououzes, ni les pllaisis du fotebale, ni core le portrèt des jououzes ou core pire la manière de jouer. Je së pas ben à mon afère à tout coup o les enhazéys (actions) des jouous, o les soqés libr (coup francs), o les condanézon (pénalties), o les bourdaïjes (obstructions), les enrais (engagements), les 6 métrs… Je ne qeneüt pouint yelles qi sont des ataqouzes, yelles qi sont des defensouzes, des empllaçantes… Les ghimenteries là, o sont dan des mots de billets des journiaos ou dan des revûes come Onze mondial ou core su Telefoot dan la bouéte à goule.

Mai, j’vas vous caozer de l’entour, des bounes ideys qi cheminent dan la tête é tant qe pu dan le qheur des jououzes et de nous aotrs.

En permier, mai, je demeuris tout demeurée, vra ebaobie qand je veyis qe la menouze passit su TF1 a bani yelles qi taent teriées pour yétr su les estades de la coupe du monde. Là amontr qe là ét eune afére aosi forte come qand les bounomes esperaent yeus itou. Méme si, qand je demandi son aviz à ma fille, o me dizit : « C’ét veyant q’en France, les jououzes ne sont pas core des étouéles tout come en Ameriqes. J’n’en somes pas core là ! »
En segond, j’ë ben du pllaisi à sonjer q’i n’i aura eune atropelée de mond à s’entervair, a parlever, à se prendr dan la jourie là, à porter cas a la glorieuzeté de notre paiz.
Pour en fini, d’aotqhuns diraent qe bounomes ou bounfame, tout là ét d’mém. Tout yeüs qi pase lou temps, lou vie à coure après eune teuqe ne rinje pas à grand chaose. Je les écouti, mai, ces darains jou dan l’post ou dan la bouéte à goule, les jououzes de l’éqhipe de France. Je teroui q’ol ont de cai sous le bonet et je vourae ben qe la garçaille les prit come exemple. O sont tout haïteys, fiëres tout come d’erperzenter la France, o se sont démenëes pour abouter dan l’éqhipe et o veulent tarvailler core pü a en ariver pour yelles, pour l’éqhipe, pour les françaes, pour lou monde. O voulaen abuter (atteindre un but), ol ont eû hardiment de deü cantë les ideys touté fétes su les filles qi jouent au fotebale meins o n’ont ren espérë des aotrs, o n’ont ren delâché.
Pour ghimenterie, savi’oûs qe n’i a 5 jououzes de c’t’éqhipe là q’ont un raport o la Berteigne ? Yeune orinée, yeune qi demeure depeïs toute jieune, troué aotrs qi jouent ou jouirent dan des éqhipes bertones. Avant qe de vous qhiter, j’ä core de qhi caozer meins j’dirae just « Heï don les Blleues ! J’voulons vair de belles jouries, de belles maniéres de jouer é du pllaisi !»

Ecrivouère : Anita


Partager cet article :

La revue de presse :

Revue de presse :

Les élèves de 1re et terminale inscrits en spécialité théâtre au lycée Saint-Sébastien, qui pratiquent six heures de cours hebdomadaires, ont assisté, mercredi 23 septembre, à la maison pour tous de Penhars, à Quimper, au spectacle Désobéir.Dans cette mise en scène de Julie Berès, quatre…

Source:: Ouest France


Partagez cet article :


Le cercle celtique et son groupe de danseurs, les Korollerien Montroulez, ont, comme l’ensemble des associations, tout stoppé lors du confinement. La reprise se fait malgré tout aujourd’hui mais, bien que l’enthousiasme du groupe soit intact, ses responsables affichent un léger blues.« Malgré…

Source:: Ouest France


Partagez cet article :


À la recherche d’un emploi, confronté à des problèmes, découragé… Les bénévoles du Secours catholique sont là pour aider les personnes à rompre leur isolement et proposent écoute et soutien.Mercredi, l’heure de la rentrée a sonné pour les douze bénévoles, répartis en deux groupes (aides…

Source:: Ouest France


Partagez cet article :


Sophie Denis est à la tête de la maison d’édition Vivre tout simplement, créée en 1998, d’abord pour valoriser des ouvrages de collectifs d’auteurs issus d’ateliers d’écriture.Au fil des ans et des rencontres, Sophie Denis a développé plusieurs collections, véritable valeur ajoutée à une ligne…

Source:: Ouest France


Partagez cet article :


By Maxime LAVENANT.

C’est un charmant domaine de 300 ha, un peu perdu au milieu de la campagne centre bretonne. À Ploërdut (Morbihan), Carole Bogrand et sa famille vivent la vie de château depuis une vingtaine d’années, après avoir acquis celui du Launay.Son mari, qui travaille dans la filière équestre, profite d…

Source:: Ouest France


Partagez cet article :


By Ouest-France.

« Ce serait bien de passer des bons moments sur le court », espérait la Bretonne Clara Burel, 357e joueuse mondiale, avant la rencontre. Voilà qui est chose faite.À 19 ans, elle a en effet réussi ses débuts à Roland-Garros, face à la Néerlandaise Arantxa Rus, en dominant la 67e joueuse mondiale…

Source:: Ouest France


Partagez cet article :


Musiques:

Musiques :

La chanteuse Mirthe, c’est avant tout une voix. Originaire de Trémorel, voilà quelques années que l’artiste enchaîne les scènes en proposant un mélange rien qu’à elle de reprises, d’adaptations et de compositions.
C’est maintenant officiel, Mirthe vous propose son premier EP 6 titres. Il a pour nom ‘Éclosion’ !
Mirthe est la muse de Rémy Verneuil les compositions musicales ont été réalisées à deux mains, Mirthe et Rémy. Deux des textes ont été écrits par Rémy en mode solo et les autres sont le produit d’une co-écriture avec Mirthe.
Mirthe, en musicienne chevronnée, a fait les arrangements guitares.
 
Les deux artistes travaillent donc ensemble pour nous offrir une série de titres qui vous invitent au voyage. 6 titres tout en français le tout présenter dans une belle pochette, elle aussi réalisée par Rémy.

L’opus est en vente lors des concerts à venir : Cancale 35 (le 3 et peut-être aussi le 4 octobre), Caurel 22 (le 17 octobre),… .

Petite note de Rémy Verneuil : “Précisions : il s’agit d’un album (EP 6 titres) rien qu’au chant et à la guitare (ah, j’oublie le sifflement!…). Plus précisément, pour les curieux et les connaisseurs, des guitares Lag, les Winter, Spring, Autumn et … summer, dans le désordre.”

Si vous ne souhaitez pas attendre jusque là pour vous procurer “Eclosion”, vous pouvez commander directement auprès de Mirthe sur la page Facebook : Mirthe.musique

ou bien par exemple sur un des sites qui propose l’EP à la vente comme : 
https://fr.shopping.rakuten.com/…/eclosion-compositions…
Enfin, nous vous invitons à découvrir “Eclosion” sur les plateformes de streaming officielles comme Deezer ou Spotify
https://www.deezer.com/fr/artist/55613382
 
Voici une superbe reprise de Mirthe. Un grand classique de Kt Tunstall

 


Partagez cet article :


Avec ce nouvel opus, Gilles Servat et ses musiciens souhaitent surprendre le public avec cet enregistrement sincère et généreux qui a pour objectif d’émouvoir sa fidèle audience et d’en séduire une nouvelle…

Cd Album Gilles Servat - A cordes déployées

Gilles Servat, né le  à Tarbes, est un auteur-compositeur-interprète, ardent défenseur de la culture bretonne armoricaine et d’expression bretonne, gallo et française, mais également des autres langues celtiques.

L’artiste est un amoureux des mots, des images et d’une Bretagne forte. Ce poète à tout naturellement trouvé sa place dans le monde musical breton avec des titres fort comme “La blanche hermine”, “La route de Kemper”, “Je dors en Bretagne ce soir”, “Langues minoritaires”…..


En cet été 2020, l’homme nous revient avec 3 inédits et 8 reprises complètement réarrangées pour trio classique. Ce nouvel album marque un renouvellement étonnant dans la carrière de Gilles Servat qui impressionne toujours autant après 50 ans de scène !

Pour écouter et acheter, c’est ici :
Deezer, YouTube, CoopBreizh

#Bretagne #Breizh #Musique


Partagez cet article :


Aujourd’hui, il y a une tempête en Bretagne, “La buffe hardi” comme diraient nos locuteurs gallo 😉
Voici donc une chanson de circonstance, d’un artiste breton évidemment.

Soldat Louis - Quelques nouvelles du frontSoldat Louis – Du Vent (Extrait de “Quelques nouvelles du front” 2018)
http://soldatlouis.com/


Partagez cet article :


Bertan Ôbrée, un nom que vous connaissez bien si vous écoutez Billigradio.
Tour à tour chanteur, auteur, collecteur, Bertan est surtout un homme qui aime son pays et les gens qui y vivent.


De l’Institut Chubri jusqu’aux scènes de Bretagne, l’homme, l’artiste est de toutes causes.
Né à Boistrudan (35) en 1967, il déclare s’être intéressé au gallo à l’âge de 16 ans. Depuis il fait parti des noms qui ont insufflé le “renouveau” du gallo en le collectant et en le glissant dans la vie de tous les jours comme sait si bien le faire l’équipe de Chubri et ses différents albums.
Alors : Bon jou d’orine a tai Bertran

 


Partagez cet article :


Le 2nd opus du groupe Acoustic Lady Lande devait sortir le 24 mars dernier lors d’un grand concert à Saint-Brieuc. En attendant que les activités culturelles reprennent, vous pouvez les découvrir en ligne et pourquoi pas vous offrir un petit cadeau en achetant l’album.

Le trio féminin Acoustic LadyLand est né en 2010 de l’envie de faire vivre un répertoire Folk où prédomine l’ambiance nord américaine de la deuxième moitié du XXe siècle. Dans ce mélange des genres s’entrecroisent des covers inspirés du blues au RnB, de la country à l’électro.

Les trois jeunes femmes réadaptent des titres phares, revus et corrigés selon une esthétique qui les caractérise. Après huit années, c’est avec toujours autant d’enthousiasme et d’énergie que Mélina Etna (chant lead), Charlotte Le Calvez (secondes voix, guitare) et Eva Montfort (contrebasse, choeurs) vous présentent ce mélange assumé des époques et des styles, que l’on pourrait percevoir comme un retour aux sources du rock.

 

Vous pouvez aussi retrouver ce trio de charme sur la communauté ZicMeUp


Partagez cet article :


Yelle est un groupe breton de musique électro-pop fondé par la chanteuse homonyme Yelle (Julie Budet) et GrandMarnier (Jean-François Perrier). Un troisième membre, Tepr (Tanguy Destable), rejoint le groupe avant l’enregistrement du premier album.

Le groupe originaire de Saint Brieuc a été découvert sur Internet en 2005, via le réseau social MySpace, Yelle (“Elle” en #gallo) compte trois albums à son actif.
D’abord : Pop Up en 2007, puis Safari Disco Club en 2011 et enfin, Complètement fou sorti en  2014. 
Le groupe aime la scène et a déjà donné plus de 300 concerts en Europe et aux USA.

En ce temps de confinement, voici l’occasion rêvée de faire un cadeau aux fans du groupe avec un superbe extrait de l’album à venir.


Partagez cet article :


Podcasts :

  • La Rigole d’Hilvern
    Lecture Pause
  • BBC – 10 anecdotes sur Loudéac
    Lecture Pause
  • L’hôpital de Loudéac
    Lecture Pause
  • Arthur Enaud
    Lecture Pause
  • Loudéac, le quartier de la gare
    Lecture Pause