• cover art

Votre choix dans l'agenda : Tertous a veloce, Le galo ét a la noce !

Tertous a veloce 2019 – Parcours à vélo du 1-30 avril 2019 en 35-22-56
Entre des signataires de la charte du gallo « Dame yan, dame ver »
Tertous a veloce, Le galo ét a la noce !
Lundi 1 et Mardi 2 – Bazouges la Pérouse (35) : atelier Film en gallo et rencontre à la mairie.
Mardi 2 et mercredi 3 – Lanrigan(35) : veillée, apéro-collectage, goûter conté
Samedi 6 – Mairie de Parcé(35) : conte lors de la signature de la charte.
Dimanche 7 – La ferme d’Antan de Plédéliac (22) : contes lors de l’ouverture de la saison
Vendredi 12 – Coetmieux (22) : veillée
Samedi 13 – Coetmieux (22) : Balade contée et pique-nique.
Samedi 13 – Landéhen (22) : Contes lors de choco’lanta
Lundi 15 – Langouët (35) : Bulles de gallos et goûter
Mardi 23 – Montauban de Bretagne(35) : Repas-café gallo Maison Héléna
Mardi 23 – St Senoux(35) : Chants et contes gallos avec la chorale des Ptits Lézarts
Mercredi 24 – St Senoux (35) : Café pain beurre et contes à la médiathèque
Dimanche 28 – Rochefort en terre (56) : La boutique d’ Arz -contes et chants
Lundi 29 – Sérent (56): Veillée
Mardi 30 – Sérent (56): Emission Plum’fm : 12h-13h et pique-nique en gallo
Mardi 30 – La Prenessaye (22) : Veillée de contes et chants au bistrot du bourg

Communiqué de presse :
Le vélo, un passeport passe-partout !
L’artiste conteuse, Marie Chiff’mine, roule, cheveux au vent, en chantant en gallo de bourg en ville !
“Tertous a veloce ! ” 500 kms pour le gallo du 1er avril au 30 avril 2019 avec son Guidon Conteur
http://www.mariechiffmine.com/spectacles/guidon-conteur/
Le défi est de relier des communes ou des structures qui ont signé la charte du gallo “Dame yan, dame ver” à vélo : http://institutdugalo.bzh/fr/la-charte/
En voilà une idée pour créer des occasions de se rassembler autour et avec la langue gallèse !
Serait-elle une échappée du tour de France ? Ou une rescapée des langues de France ?
Comme elle n’a pas ses langues dans ses sacoches, la conteuse clame, slame, conte et raconte !
Le gallo prend l’air ! Dame yan, dame ver !
Elle passera à véloce à ………….. le …………….avril 2019 ! Non ? Et bien si !
Entendre des histoires et des chansons, ça vous dit ?

Ensuite, ceux qui ont des vélos la suivent quelques kilomètres…
Mais avant une petite photo du départ par exemple avec les correspondants de la presse locale et des habitants présents ! Pourquoi pas des élus aussi !
Et hop ! Tertous a veloce !
Le galo ét a la noce !

Skol Vreizh

Lettre de présentation de la plateforme

Chers amis, mignoned ker

Voilà plusieurs mois qu’au sein de l’association Ar Falz / Skol Vreizh nous nous alarmons de la situation générale de la Bretagne, principalement dans les domaines sociaux, économiques, environnementaux, culturels, linguistiques et politiques.

Il y a plus d’un an, lors de l’Assemblée générale d’octobre 2017 de l’association, a été décidée une publication faisant un état des lieux de la région. L’ouvrage Où va la Bretagne ?, sorti en mai 2018, l’a concrétisé. S’en est suivi, en écho, le 16 novembre dernier à Ploujean-Morlaix, un colloque sur ce thème, lequel a abordé la question des alternatives politiques et économiques à la situation actuelle. Plus de 200 personnes, émanant d’horizons très divers et préoccupées par l’état de notre société bretonne, s’y sont retrouvées et ont débattu. Considérés par certains comme très pessimistes, nos analyses et les propos tenus lors de cette journée ont trouvé tout leur crédit dans l’explosion de la révolte des gilets jaunes, déclenchée quelques jours plus tard. Car, à la différence de beaucoup d’autres analystes, nous avons vu venir cette révolte depuis longtemps. La Bretagne va mal, comme nous le disons depuis des mois, et cela en dépit des apparences, mais surtout son avenir semble bien compromis si nous en restons aux logiques qui actuellement orientent sa destinée.

Aussi, à l’issue de cette journée du 16 novembre, l’association Ar Falz / Skol Vreizh a-t-elle décidé avec d’autres partenaires ou acteurs individuels présents, de lancer un appel à toutes les forces politiques, syndicales et associatives se sentant concernées par l’avenir de la société bretonne, et également aux simples citoyens de ce pays. Cet appel prend la forme d’une plateforme revendicative que vous trouverez ci-jointe, résumant nos constats et les souhaits exprimés lors de cette journée. Nous envisageons de la porter auprès des responsables de la Région et de l’État.

Si l’association Ar Falz / Skol Vreizh n’a pas vocation à conduire un combat politique, elle peut, à travers cette plateforme, susciter l’émergence d’une mobilisation régionale visant à faire enfin de la Bretagne une région majeure, véritable euro-région comme le sont de nombreuses autres régions au sein de l’espace européen. Il y a urgence à mener une telle démarche car, sans elle, notre société risque dans très peu de temps de disparaître en tant que société particulière, reléguée aux rôles subalternes que lui accorderont les logiques économiques de la polarisation et assimilée culturellement par les forces uniformisatrices du marché. La Bretagne, territoire vieux de plus de 1 500 ans, doit continuer d’exister en tant qu’entité spécifique. Il est de notre devoir de la faire vivre et de la projeter dans l’immense mutation sociétale que nous imposent à la fois la mondialisation et la transition climatique dont les effets et les enjeux nécessiteront une profonde adaptation. La Bretagne a la capacité d’affronter de tels défis mais, pour cela, elle doit se mobiliser et assumer des choix qui devront lui être propres.

C’est pourquoi nous vous invitons à venir en débattre lors d’une réunion que nous organisons. Elle se tiendra :

le samedi 12 janvier 2019 à CARHAIX, salle Ti Ar Vro, 6 place des Droits de l’Homme de 10 heures à 17 heures

Nous espérons que vous rejoindrez cet appel et que vous serez présent parmi nous.

Gant hor gwellañ gourc’hemennoù

Evid Burew Ar Falz / Skol Vreizh :

Paolig Combot, prezidant, Jean-René Le Quéau, eil prezidant,
Ar Falz / Skol Vreizh – 41 quai de Léon – 29600 Morlaix
Tél. : 02 98 62 17 20 – skol.vreizh@wanadoo.fr – www.skolvreizh.com

Radars automatiques, le jackpot françaisLes radars automatiques ! Voilà un sujet qui utilise beaucoup de bande passante sur les réseaux sociaux. Beaucoup de claviers sont en souffrance, tant la haine des internautes concernant des appareils photo de l’Etat est grande.

Je vois des tas de commentaires négatifs sur l’argent généré par les radars automatiques.
Ouh ! C’est du racket, l’Etat s’en met plein les poches, et sur notre dos en plus…
Mais si nous analysons froidement la situation, le radar automatique n’est pas un moyen de taxer les gens. Il est juste là pour faire respecter la loi. Il ne s’agit pas là d’un impôt, mais d’une sorte de don que les conducteurs acceptent de payer dès lors qu’ils décident de dépasser la limitation de vitesse autorisée.
Être sous le coup d’une contredanse pour excès de vitesse est un acte volontaire.

Certains  pensent que les radars infantilisent le conducteur.
Mais pour vivre en société, il faut des règles sinon, c’est l’anarchie. Pour bien se faire comprendre, il faut parler la langue et respecter un minimum une structure linguistique (en français : Sujet + Verbe + Complément(s)), sinon le message n’est pas clair, ni compréhensible.
Sur la route, il en va de même. Un stop, une ligne blanche, une limitation de vitesse, un sens interdit sont les règles basiques pour que chacun s’y retrouve et ne risque pas sa vie à chaque trajet en voiture.

Et si nous recentrions nos priorités :

Si comme moi, vous lisez les journaux et les réseaux sociaux, vous avez peut-être remarqué que la haine du conducteur est cristallisée sur les radars automatiques et assez peu sur l’augmentation du prix du carburant.
Un fait étrange, car il est facile d’éviter un “PV”, mais il est impossible de passer à coté de la taxe carburant qui coûte cher aux entreprises, aux salariés et à tout ceux qui n’ont, comme nous, pas de transports en commun (train, ligne de bus, métro, …) pour se déplacer.

Thérapie (qui chante) :

Afin de pouvoir débattre du comportement des conducteurs, de la “répression routière de l’Etat” ou d’argent, je vous invite à mettre de coté l’incivisme routier (rageur et colérique) pour poser des mots et des idées dans le respect de chacun, ici, dans cette discussion.

A noter tout de même :

Que devient l’argent d’un pv :
Selon le rapport annexé l’année 2017 au Projet de loi de finances, la quasi-totalité des « amendes radars » (91,8%, soit 845,2 M€), a bien été consacrée à la lutte contre l’insécurité routière, notamment à travers l’amélioration du réseau routier, contre 8,2% (75 M€) affectée au désendettement de l’Etat.

Un contrevenant est donc un généreux donateur. Il est censé financer l’entretient des routes et il aide la France à se désendetter.
Quand on voit l’état de nos routes, il apparaît que :
– Soit, il n’y a pas assez de contributeurs.
– Soit l’argent n’est pas affectée chez nous.

PV ou don, qu’est ce qui sert ma Région :
Je vous rappelle que nos collectivités reçoivent de moins en moins d’argent publique pour fonctionner. Les fameuses baisses de dotations de l’Etat.
Donc, en raccourcit, si vous roulez vite pour aider la France
Commencer par rouler à la bonne limitation. Et avec l’argent économisé en amendes de police, faites un don directement à votre collectivité : Mairie, EPCI, Département ou Région afin que 100% de la somme soit utilisée en local.
À noter aussi que vous aurez le droit de bénéficier d’une réduction fiscale de 60 à 66% (selon votre statut de personne morale ou physique).
Alors, automobiliste breton : soit pas con, n’appuie par sûr le champignon et garde ton pognon ! Ou sert-en pour ta Région ! 

Pollution CritAir

Crit’Air, une vignette pour aider à lutter contre la pollution dans les villes arrive à Rennes.

Depuis ce jour, lundi 1er octobre, la vignette Crit’Air est obligatoire pour circuler dans la ville de Rennes (hors rocade pour l’instant). Une vignette financée essentiellement par la population rurale.

Comme toutes personnes, j’aime respirer à plein poumon, sentir l’air frais, et ne pas avoir de quinte de toux à chaque inspiration.

Crit’Air c’est magique !

Avec l’arrivée de la vignette Crit’Air, nous allons avoir 40 % de pollution en moins. Youpi !
Mais à y regarder plus sérieusement, cette vignette est en réalité un plan drastique de lutte contre la pollution liée aux gaz d’échappement.
Lors d’un pic de pollution, seule une partie des voitures aura le droit de circuler selon le numéro de classification inscrit sur la vignette.
Deux critères sont retenus : 
– La date de la première mise en circulation
– Le type de carburant du moteur.
Sur le papier, l’utilisation de cette vignette est donc un moyen efficace et juste de limiter les épisodes polluant.

Un Loudéacien va finalement payer plus cher qu’un Rennais !

Je cautionne tout à fait ce genre de dispositif de “pollution/punition”. Cependant, je tiens tout de même à faire remarquer que c’est dans l’application, que cette vignette est clairement inégalitaire.

C’est le monde rural qui va, proportionnellement, payer le plus lourd tribu avec l’arrivé de Crit’Air.

Si vous êtes un citadin, Rennais de surcroît, vous allez donc payer cette vignette. Un acte logique puisque ce sont, eux, les empoisonneurs de l’air.
3,62 euros ! Ceci est le prix de la vignette (fabrication, édition, et envoi). L’Etat assure ne pas faire une marge dessus.
Même si payer une vignette pour nous interdire de rouler certains jours peut être d’une moralité douteuse, venant de Paris, la moralité n’est plus dans l’équation depuis longtemps.

3,62 euros à vie, ce n’est pas bien onéreux, mais à y regarder de plus près, le poids du prix de cette vignette n’est pas le même pour tout le monde.
Si vous habitez ailleurs en Bretagne, par exemple Loudéac-Merdrignac. Il y a fort à parier que bon nombre de ses habitants, dont je fais parti, ne va pas à Rennes, ne serait-ce qu’une fois par an.
Ainsi, cette vignette rendu obligatoire même pour les visiteurs ultra-occasionnels coûtera 3,62 euros pour une vie de pollution à Rennes par un Rennais, elle va coûter le même prix pour une utilisation hypothétique lors d’un trajet improbable à Rennes par un habitant de la ruralité.
Ainsi, ce sont donc ceux qui ne polluent pas la ville qui vont payer le plus lourd tribu.

L’obligation d’aller en ville en voiture !

Avec la disparition de nos services publics en campagne, la concentration de ces services et de la population dans les villes, nous voici donc obligé de prendre notre voiture, de faire parfois plusieurs dizaines de Km (et donc de polluer) pour accéder à quelque chose que nous avions auparavant à domicile. Aujourd’hui un Loudéacien est envoyé à St Brieuc, mais demain, devra-il aller à Rennes ?

L’Etat et la Région Bretagne ne proposent pas non plus à la population extra-urbaine de se rendre dans les villes de manière groupée ou plus écologique. Pas de train, des bus (tout aussi polluants que les voitures voir plus (avec des horaires difficilement compatibles avec nos besoins)), pas non plus de Tyroliennes, de montgolfières ou d’autres moyens de circulations propre.
La pollution est essentiellement un problème urbain. Ici, en Centre-Bretagne, nous respirons à plein poumons, nous ne subissons pas les embouteillages. Nous utilisons notre voiture que 10 minutes pour faire 10 km, là ou dans les villes, il faut parfois 45 minutes pour parcourir la même distance.

Pour ma part, je suis excédé de toujours devoir payer pour les bêtises des autres. Comme beaucoup, je n’ai jamais voulu que mes services publics ou que mon bureau de poste ferme au profit de celui d’une ville. Mon hôpital, jadis à 15 km est maintenant à près de 30 km. Quand je prends ma voiture, c’est pour l’utiliser juste le temps du trajet effectué à la limitation de vitesse en vigueur.
Mais à cause de l’Etat, et de sa politique de concentration de l’humain dans les villes, nous voici obligé de payer des choses que nous n’aurions pas eu financer si la Bretagne et la France étaient construites de manière intelligente et écologique et non pas dans une vision 100 % économique. Il serait temps de se rendre compte que l’économie peut s’investir d’écologie !

Réduire, c’est possible !

Avec quelques observations simples, nous pourrions réduire de manière drastique l’impacte de la pollution humaine sur la nature sans en faire systématiquement payer le prix au peuple.

1. Réduire les emballages de nos aliments : 
Quand on voit que le consommateur paye deux fois pour chaque emballage, il serait temps de dire “STOP”.
Sur un simple paquet de gâteau :
– Un cellophane (ou papier plastique)
– Une boite en carton gorgée d’encre cher et polluante
– Un autre cellophane (ou papier plastique)
– Un séparateur en plastique
– Un sachet fraîcheur
Et tout cela, le consommateur paye pour acheter le produit, puis paye pour le recycler. Il suffirait de légiférer sur un emballage maximum ou sur une éco-conduite participative pour les producteurs ou les distributeurs.

2. Supprimer le plastique :
Le plastique se dégrade dans la nature. Ouf… Oui, mais au bout de 400 voir 450 ans. Ce n’est évidemment là qu’une estimation, car nous n’avons pas encore le recule. Les premiers plastiques artificiels datent de 1850. En 2018, nous produisons encore des bouteilles en plastique. Pourtant, voilà des décennie que l’on sait produire des bouteilles composées à partir de déchets de canne à sucre qui se compostent. Alors, pourquoi nos bouteilles platiques continuent d’être évacuées dans des centres de tri et jetées dans l’incinérateur ?

3. Les pesticides :
Certaines communes comme Laurenan, et nous pouvons les féliciter, ont voté le “zéro phyto”.  Un engagement pour la population et le futur.
Mais la politique nationale attachée et financée par les lobbys n’arrive pas a avancer sur le sujet. Il suffit de prendre le dernier exemple en date du glyphosate. Les politiques nous offrent dans cette affaire un véritable manque de franchise et de volonté. L’argument principal est qu’il n’existe pas de produit moins dangereux mais tout aussi performant.
Pourtant ces produits existent. A Loudéac par exemple, Jacques Le Verger a inventé un désherbant “naturel” et jugé sans risque. Un produit qui a passé pourtant haut-la-main tous les tests il y a déjà bien des années. Mais l’autorisation officielle de vendre ce produit se fait toujours attendre.

4. La fabrication d’énergie :
En France, nous n’avons que deux types d’énergie possible :
A. Les énergies fossiles :
Le gaz, le pétrole, le charbon, entre autres, sont malheureusement limités. Les extraire coûte cher et sont souvent source de pollution des milieux naturels.
B. L’énergie électrique :
Depuis le 26 avril 1986 la planète entière à découvert la dangerosité du nucléaire. Mais nous continuons à l’utiliser. Pire même, nous maintenons sous perfusions de subventions nos centrales à bout de souffle.
Il est d’ailleurs prévu d’injecter des milliards d’euros d’argent public pour prolonger la vie de nos centrales alors que l’autorité de sûreté du nucléaire a émis un avis négatif.
Mais ce n’est pas tout !
Aujourd’hui, on nous parle de solaire. Les panneaux actuels consomment bien plus d’énergie pour les produire qu’ils n’en n’apporteront dans leur utilisation. Et je ne vous parle pas de la fin de vie des panneaux que nous ne savons pas recycler.
La dépense de production (création) et de production (utilisation) affiche aussi un rapport en berne pour l’énergie éolienne.
Notre seule solution serait de réduire notre consommation personnelle.

5. La consommation d’énergie :
Consommons-nous bien ?
Depuis le premier choc pétrolier, on nous dit qu’il faut mieux consommer notre énergie. Mais notre mode de vie va radicalement à l’inverse de cette doctrine.
. Là où a Loudéac et Merdrignac, il y avait des transports en commun de masse comme le train, il n’y a plus que la route.
.Là ou nous avions une poste dans chaque village et des micros trajets à faire sur le territoire, on nous à enlever nos services publics (et nos emplois locaux).
. La ou nous avions un téléphone à cadran, nous avons des smartphones (consommant autant qu’un réfrigérateur à l’année), des tablettes, des montres connectées, des ordinateurs, …
. Là ou nous avions des téléviseurs, nous avons des écrans plats géant qui se mettent uniquement sur veille, des décodeurs, des box Internet, des enceintes connectées,…
. Là ou nous avions une cafetière 20 tasses qui ne chauffait l’éau qu’une seule fois et en utilisant qu’un seul filtre, nous avons des Senséos à capsules ou il faut chauffer 20 fois l’eau pour avoir 20 tasses. Les cigarettes sont maintenant électronique et consomment beaucoup… .

Ce n’est qu’un début de liste, mais elle pourrait être très longue.

6. Les voitures :
Autrefois, nous avions des voitures, une par famille et des déplacements groupés. C’est ainsi que nous avons grandi. Aujourd’hui, bon nombre de familles ont deux voir 3 voitures, et des déplacements chaotiques.
Beaucoup sortent la voiture pour chercher le pain le matin puis rentrent chez eux, puis sport ou association dans la journée, et le soir petite sortie entre ami. Je ne parle pas des 3 enfants qu’il faut emmener, Ludo au judo à 14h, Julie à la danse à 14h45 et le petit Damien à l’escalade à 17h…

Nous l’avons appris la semaine dernière, nos élus viennent de voter l’alignement du prix du gasoil sur celui du super.
Le gasoil coûte moins cher à produire, à quantité égale il reste plus économique (sur la distance parcouru) et enfin, depuis les années 2000, les moteurs diesel sont équipés de filtres qui piègent les particules fines.
Mais si le plein d’hydro-carbure est de plus en plus élevé pour nous, consommateurs, il ne faut pas oublier que le Kérozen, plus polluant que le diesel, est totalement détaxé. Un avion de ligne qui décolle consomme autant qu’une voiture sur toute l’année.

Quelle alternative donc !
Le gouvernement met toutes ses billes de communication dans la voiture électrique. Pourtant, la France possède une énergie électrique produite à 77% par le nucléaire (chiffre de 2014).
Les déchets les plus radioactifs resteront dangereux pendant 100 000 ans. On peut donc se demander pourquoi ce choix.
D’ailleurs, petite question subsidiaire en passant :
Pourquoi en 1834 les industriels ont crée une voiture électrique avec une autonomie de 30km (et une vitesse de pointe de 100KM/h) et que 184 ans plus tard, après des millions euros de subventions et de recherche, nous ne soyons qu’a une autonomie moyenne de 150km pour une voiture familiale ?

Ne dites pas “et l’on y peut rien” !

Cela nous montre bien que la vision de nos politiques, toutes époques et toutes étiquettes confondues, est de nous faire consommer plus, pour nous taxer plus et non pas, offrir aux générations futur un monde dans lequel ils pourraient vivre en bonne santé.
Des premières taxes sur le carburant, à la vignette Crit’Air, de la volonté de l’Etat de désertifier les espaces ruraux au profit d’une population massée et mal-à-l’aise dans les villes, de la multiplications des emballages des produits industriels jusqu’à la fabrication de machine qui consomment plus d’énergie qu’avant (ex ; machine à café), et au juteux trafic du recyclage, tout est fabriqué et pensé pour nous faire consommer et nous faire culpabiliser par la suite afin de mieux nous faire payer encore.

 Quelques liens :
Pourquoi le kérozen est détaxé ?
Radioactivité !
Invention de la voiture électrique
Autonomie d’une voiture électrique
Désherbant bio – refus de l’Etat

#Ecologie #glyphosate #Critair #Pollution #Economie #Bretagne #Rennes

Bretagne : Voici notre Revue de Presse de ce 7 décembre 2017. On y parle d’ #écologie, d’ #économie, d’ #énergie, de #culture et de ” #justice “.

Revue de presse BretagneNos confrères de France Bleu nous rappellent ce matin que c’est aujourd’hui que le petit prodige de la boucherie passe devant la justice.
C’est cet après-midi se déroule à Saint-Brieuc le procès d’un petit prodige de la boucherie. Souvenez-vous, Eric Henry le champion du monde de sa discipline en 2011 est accusé d’escroquerie et d’être complice de l’incendie d’une de ses boucheries à Plouha en septembre 2014.
L’homme a toujours clamé son innocence et avait déclarer sur l’antenne France Bleu : “Ce n’est pas anodin, ça nous fait peur à moi, à mes salariés et à mon entourage. Cela peut-être de la jalousie, ça peut-être plein de choses… “.
Le procès de cet après midi apportera peut etre quelques réponses.

 

Noël avant l’heure, c’est ce que titre le site Internet alter1fo.com, le magazine du citoyen rennais. En effet, ce sont près de 600 ouvrages des Presses Universitaires de Rennes qui sont désormais en accès libre. Les PUR (Presses Universitaires de Rennes) sont nées en 1984 de la volonté des enseignants-chercheurs de l’université Rennes 2 de prendre en main l’édition et la promotion des produits de la recherche. Aujourd’hui, les PUR, avec le soutien du Centre national du livre et de la région Bretagne, mettent près de 600 livres de chercheurs en accès libre : histoire, société, psychologie, arts, les domaines sont vastes et variés et les ouvrages toujours aussi pointus.
(http://books.openedition.org/pur/ )

A Loudéac, le Ouest-France propose un nouveau coup de projecteur sur une incohérence dans le message de l’Etat sur sa politique d’écologie.
Comme ce journal, Billigradio a déjà donné la parole à ce créateur d’un désherbant bio, très efficace, bien souvent plus performant que ceux de la catégorie chimique. L’organisme d’Etat qui valide le produit afin d’une autorisation de commercialisation a déjà testé le produit et a remis un rapport favorable concernant l’efficacité du produit. Et pourtant, voilà plus de 5 ans que son concepteur (du pays de Loudéac) attend l’autorisation pour la mise en vente.
Le papa de ce produit écologique demande simplement à être reçu par l’organisme d’Etat (l’ANSE).
Jacques Le Verger ne baisse pas les bras après tout ce chemin parcouru. Mais concède cependant espérer ne pas devoir être amené à faire émerger son projet dans un autre pays.

Restons dans l’écologie avec une centrale solaire XXL qui ouvre dans le 44. C’est le journal 20Minutes qui met cet événement en lumière ce matin. Un projet qui a coûté 4 millions d’euros mais qui desservira 875 foyers. La centrale sera active dans quelques jours.

Deux infos Ouest-France pour finir, ce matin, dans l’édition de Vannes, nous apprenons que la ville héberge des gens très généreux qui classent la ville dans le top 10 de ceux qui font le plus de dons. Les vannetais ont peut être compris que seulement 20% de l’argent des impôts envoyés à Paris revenait en Bretagne et qu’avec l’utilisation des dons fiscaux aux associations ou aux mairies, c’est 100% de l’argent qui est utilisé pour les Bretons.
Et enfin, un bon plan, si vous avez donné tout votre argent en dons, vous pourrez tout de même prendre le train ce week end. La SNCF annonce que dimanche le trajet Brest Quimper sera gratuit à l’occasion de sa réouverture après un an de travaux.

 


Partager cet article :

La revue de presse :

Revue de presse :

By ABP Dans une ambiance feutrée, mesures sanitaires très strictes oblige, cette cérémonie a été très chaleureuse. Mais n’a pas eu l’écho médiatique escompté.
Réalisée en Loire-Atlantique, avec des récipiendaires de Loire-Atlantique (les trois historiques de Tri Yann, le Comité des Vins bretons), on aurait pu espérer un engouement de la presse et des édiles politiques du département. Loin s’en faut. 95.7

Source:: ABP


Partagez cet article :


Tout juste débarquée de sélection sans avoir participé aux phases qualificatives de l’Euro 2022, et la voilà immédiatement à l’ouvrage en D1. « Elle est rentrée de sélection jeudi, plaidait son coach Frédéric Biancalani. C’est difficile car elle a voyagé et elle n’a pas joué. »  ++ En Avant…

Source:: Ouest France


Partagez cet article :


Le Festival du livre en Bretagne, qui aura lieu le samedi 24 et le dimanche 25 octobre à Carhaix (Finistère), a dévoilé son président d’honneur. Ce sera le chanteur et auteur Denez Prigent. « Dans le contexte difficile du moment, il lui reviendra d’ouvrir cette manifestation », annonce le…

Source:: Ouest France


Partagez cet article :


By Eric HORRENBERGER.

« Tout le monde n’était pas forcément content d’aller en Normandie, sauf moi. Mais une fois qu’ils ont vu l’outil, que la ville était sympa… »Jean-Charles Monnet voulait revoir sa Normandie. Mais pas que ! Pour le chantier d’été à venir, le directeur technique du projet Apicil, s’est souvenu dès…

Source:: Ouest France


Partagez cet article :


Le premier concurrent de la Duo Concarneau – Challenge BFR Marée Haute a franchi la ligne d’arrivée dimanche 27 septembre à 6 h, Ambrogio Beccaria et Amélie Grassi (Camellone Cerca Sponsor) ont bouclé les 115 milles du parcours de la Duo Concarneau, remportant ainsi la victoire en Proto devant…

Source:: Ouest France


Partagez cet article :


By Sylvie RIBOT.

Parce que c’est le 25e anniversaireLa bio en fête, à Muzillac (Morbihan) est née il y a vingt-cinq ans, de la volonté d’un petit groupe d’agriculteurs bio et de consommateurs. Elle a démarré sur une journée, avec une trentaine de stands. Même si elle a gardé son caractère familial, elle regroupe…

Source:: Ouest France


Partagez cet article :


Musiques:

Musiques :

La chanteuse Mirthe, c’est avant tout une voix. Originaire de Trémorel, voilà quelques années que l’artiste enchaîne les scènes en proposant un mélange rien qu’à elle de reprises, d’adaptations et de compositions.
C’est maintenant officiel, Mirthe vous propose son premier EP 6 titres. Il a pour nom ‘Éclosion’ !
Mirthe est la muse de Rémy Verneuil les compositions musicales ont été réalisées à deux mains, Mirthe et Rémy. Deux des textes ont été écrits par Rémy en mode solo et les autres sont le produit d’une co-écriture avec Mirthe.
Mirthe, en musicienne chevronnée, a fait les arrangements guitares.
 
Les deux artistes travaillent donc ensemble pour nous offrir une série de titres qui vous invitent au voyage. 6 titres tout en français le tout présenter dans une belle pochette, elle aussi réalisée par Rémy.

L’opus est en vente lors des concerts à venir : Cancale 35 (le 3 et peut-être aussi le 4 octobre), Caurel 22 (le 17 octobre),… .

Petite note de Rémy Verneuil : “Précisions : il s’agit d’un album (EP 6 titres) rien qu’au chant et à la guitare (ah, j’oublie le sifflement!…). Plus précisément, pour les curieux et les connaisseurs, des guitares Lag, les Winter, Spring, Autumn et … summer, dans le désordre.”

Si vous ne souhaitez pas attendre jusque là pour vous procurer “Eclosion”, vous pouvez commander directement auprès de Mirthe sur la page Facebook : Mirthe.musique

ou bien par exemple sur un des sites qui propose l’EP à la vente comme : 
https://fr.shopping.rakuten.com/…/eclosion-compositions…
Enfin, nous vous invitons à découvrir “Eclosion” sur les plateformes de streaming officielles comme Deezer ou Spotify
https://www.deezer.com/fr/artist/55613382
 
Voici une superbe reprise de Mirthe. Un grand classique de Kt Tunstall

 


Partagez cet article :


Avec ce nouvel opus, Gilles Servat et ses musiciens souhaitent surprendre le public avec cet enregistrement sincère et généreux qui a pour objectif d’émouvoir sa fidèle audience et d’en séduire une nouvelle…

Cd Album Gilles Servat - A cordes déployées

Gilles Servat, né le  à Tarbes, est un auteur-compositeur-interprète, ardent défenseur de la culture bretonne armoricaine et d’expression bretonne, gallo et française, mais également des autres langues celtiques.

L’artiste est un amoureux des mots, des images et d’une Bretagne forte. Ce poète à tout naturellement trouvé sa place dans le monde musical breton avec des titres fort comme “La blanche hermine”, “La route de Kemper”, “Je dors en Bretagne ce soir”, “Langues minoritaires”…..


En cet été 2020, l’homme nous revient avec 3 inédits et 8 reprises complètement réarrangées pour trio classique. Ce nouvel album marque un renouvellement étonnant dans la carrière de Gilles Servat qui impressionne toujours autant après 50 ans de scène !

Pour écouter et acheter, c’est ici :
Deezer, YouTube, CoopBreizh

#Bretagne #Breizh #Musique


Partagez cet article :


Aujourd’hui, il y a une tempête en Bretagne, “La buffe hardi” comme diraient nos locuteurs gallo 😉
Voici donc une chanson de circonstance, d’un artiste breton évidemment.

Soldat Louis - Quelques nouvelles du frontSoldat Louis – Du Vent (Extrait de “Quelques nouvelles du front” 2018)
http://soldatlouis.com/


Partagez cet article :


Bertan Ôbrée, un nom que vous connaissez bien si vous écoutez Billigradio.
Tour à tour chanteur, auteur, collecteur, Bertan est surtout un homme qui aime son pays et les gens qui y vivent.


De l’Institut Chubri jusqu’aux scènes de Bretagne, l’homme, l’artiste est de toutes causes.
Né à Boistrudan (35) en 1967, il déclare s’être intéressé au gallo à l’âge de 16 ans. Depuis il fait parti des noms qui ont insufflé le “renouveau” du gallo en le collectant et en le glissant dans la vie de tous les jours comme sait si bien le faire l’équipe de Chubri et ses différents albums.
Alors : Bon jou d’orine a tai Bertran

 


Partagez cet article :


Le 2nd opus du groupe Acoustic Lady Lande devait sortir le 24 mars dernier lors d’un grand concert à Saint-Brieuc. En attendant que les activités culturelles reprennent, vous pouvez les découvrir en ligne et pourquoi pas vous offrir un petit cadeau en achetant l’album.

Le trio féminin Acoustic LadyLand est né en 2010 de l’envie de faire vivre un répertoire Folk où prédomine l’ambiance nord américaine de la deuxième moitié du XXe siècle. Dans ce mélange des genres s’entrecroisent des covers inspirés du blues au RnB, de la country à l’électro.

Les trois jeunes femmes réadaptent des titres phares, revus et corrigés selon une esthétique qui les caractérise. Après huit années, c’est avec toujours autant d’enthousiasme et d’énergie que Mélina Etna (chant lead), Charlotte Le Calvez (secondes voix, guitare) et Eva Montfort (contrebasse, choeurs) vous présentent ce mélange assumé des époques et des styles, que l’on pourrait percevoir comme un retour aux sources du rock.

 

Vous pouvez aussi retrouver ce trio de charme sur la communauté ZicMeUp


Partagez cet article :


Yelle est un groupe breton de musique électro-pop fondé par la chanteuse homonyme Yelle (Julie Budet) et GrandMarnier (Jean-François Perrier). Un troisième membre, Tepr (Tanguy Destable), rejoint le groupe avant l’enregistrement du premier album.

Le groupe originaire de Saint Brieuc a été découvert sur Internet en 2005, via le réseau social MySpace, Yelle (“Elle” en #gallo) compte trois albums à son actif.
D’abord : Pop Up en 2007, puis Safari Disco Club en 2011 et enfin, Complètement fou sorti en  2014. 
Le groupe aime la scène et a déjà donné plus de 300 concerts en Europe et aux USA.

En ce temps de confinement, voici l’occasion rêvée de faire un cadeau aux fans du groupe avec un superbe extrait de l’album à venir.


Partagez cet article :


Podcasts :

  • La Rigole d’Hilvern
    Lecture Pause
  • BBC – 10 anecdotes sur Loudéac
    Lecture Pause
  • L’hôpital de Loudéac
    Lecture Pause
  • Arthur Enaud
    Lecture Pause
  • Loudéac, le quartier de la gare
    Lecture Pause