On Air

cover art

Dans l'actualité : BRETAGNE MAJEURE ET LA NOUVELLE AFFAIRE FAÑCH

BRETAGNE MAJEURE ET LA NOUVELLE AFFAIRE FAÑCH

Posté par Billigradio le 20 mai, 2020 dans Acutalités, Econnomie, Justice, Politique, Social

Communiqué du Collectif Bretagne majeure

Nouvelle affaire Fañch ?

BRETAGNE MAJEURE ET LA NOUVELLE AFFAIRE FAÑCH effectuée à la maternite”, a dit sa maman.

Les Bretons ont récemment appris par la presse qu’une nouvelle affaire Fañch verrait peut-être le jour en Bretagne, suite à la volonté de parents costarmoricains de donner ce prénom breton à leur bébé. Nous l’avons écrit avec un , lors de la déclaration de naissance Or l’acte de naissance parvenu aux parents par la poste ne mentionne pas ce “n”.

La mairie de Pabu, qui a effectué cette “correction”, s’est justifiée de la manière suivante : “Nous avons appliqué une circulaire du Procureur de Saint-Brieuc notifiant l’interdiction des signes diacritiques, dont le ñ.. I ne s’agit pas d’un refus de notre part, mais de la stricte application de la loi.”

Heureusement que le maire, qui n’aurait pas été prévenu par ses services, a déclaré récemment qu’il reverra la question positivement.

Le collectif Bretagne Majeure, créé à Carhaix en 2019, a néanmoins été consterné par l’argument premier de la mairie, qui s’est abritée sans panache derrière l’application servile d’une loi contestable.

Car on peut se poser la question de la légitimité de cette circulaire, qui va à l’encontre de la liberté des Bretons de défendre leur langue. Tous les textes internationaux donnent raison aux Bretons en la matière, mais la République française bafouc ce droit envers et contre tout et persiste jusqu’au ridicule dans ce déni de justice.

Alors, faut-il que les Bretons se soumettent platement à cette absurdité ou, au contraire, qu’ils affichent clairement leur détermination à exister pour de bon, face à des pressions venant du “pays des droits de l’homme” qui leur refuse pourtant sans vergogne leur identité culturelle pleine et entière ?

C’est la question que Bretagne Majeure å tous les Bretons… Car la réaction première de la mairie de Pabu illustre clairement le concept de “servitude volontaire” développé par La Boetie, servitude volontaire qui, malheureusement, s’affiche aussi en Bretagne. Jusqu’à quand ?

Et pourquoi tous les bébés bretons de 2020 ne s’appelleraient-ils pas Fañch? rappelle été déposée par Paul Molac le 13 Février 2020 pour, (Bretagne majeure qu’une Proposition de Loi a entre autres, que les signes diacritiques des langues de France soient acceptés dans les textes officiels de la République. La procédure législative suit son cours. En finira-t-on un jour avec ces limitations d’un autre age ? …)

BREIZH MESTR WAR HE ZRAOU HA SETU FANCH ADARRE!

Dre ar journaliou o deus gouiet ar Vretoned e vo marse un afer Fañch nevez e Breizh, goude d’ur familh ag Aotoù-an-Arvor boud roet an anw-se d’o bebig. “Skriver hon eus Fañch gant un ñ, pa oa bet disklaerier er wilivouti”, he deus låret ar vamm.

hag : ” Heuliet hon eus ur c’helc’hlicher sinet gant Prokulor Sant-Brieg

Mez war ar skrid-c’hanedigezh resevet gant ar familh dre ar Post ne oa ket mui i ebed, mez un n ordinel. Ti-kêr Pabu en deus gwiriekaet an dra-se evel-mañ a zifenn grons implij sinou ispisial, enkontet an eus ar lezenn, tra ken.”

… N’omp ket-ni eneb far furm Fañch), heuliet strizh hon

Eüruzamant en deus disklaeriet ar maer ne ouie ket ar pezh a oa bet divizet gant e servijoù ha lâret ouzhpenn e vo savet ur baperenn arall gant an anw Fañch skrivet a-feson, da lâred co gant un n.

Mantret eo Breizh mestr war he zraoù (Bretagne majeure), stroll kroueet e Karaez e 2019. gant arguzenn an ti kêr, n’he deus graet aze nemed en em warantiñ diglod gant heulian ur lezenn fallagr. Nawazh e c’hell an den en em c’houlenn ha just co ar c’helc’hlizher-se, a ya eneb da frankiz ar Vretoned da zifenn o yezh. An oll destennoù etrebroâdel a lär ema ar wirionez gant ar Vretoned war ar poent-se, mez ar Republik c’hall a flastr aheurt an droed, ha derc’hel a ra beteg ar sotoni gant an direizhter-se.

Neuze, ha reizh co d’ar Vretoned plegañ plad douzh ar sotoni-se pe diskoueziñ sklaer o youl da voud er bed da vad, fas da nerzhou kontrel daet “a vro droedoù mab-den”, pa rac’hwiz divalaw ar vro-se o identelezh sevenadurel?

Boétie evel ide “ar sklavaj asantet”, a vez gwelet e Breizh a oa ! Beteg pegoulz ?

Setu aze aters Breizh mestr war he zraoù d’an oll Vretoned. Rag ersav kentan ti-kêr Pabu zo ur braw a skeudennaouiñ ag ar pezh ive, siwazh bet termenet gant La Ha mar behe roet an anw Fañch da beb bebig a c’hano e Breizh e 2020 ?

(Degas a ra Breizh mestr son e oa 2020, enni ur memad evid ma vo degemeret, bet kenniget ur Lezen nevez gant Paul Molac, d’an 13 a viz C’hwevrer e-mesk poentoù arall, sinou ispisial vezhon Frais e paperioù ofisiel ar Republik War ar stern ema ar labour lezennel c’hoazh Ha doned a raimp da bem un deiz ag ar gwaskadur diamzeret-se ?.)


Partager cet article :