On Air

cover art

Aprindr le galo

Pendant cette période de confinement, le Cac Sud 22 et Billigradio vous proposent de découvrir le gallo grâce à des jeux simples et ludiques et des textes, de l’audio et de la vidéo pour en apprendre plus.

Jouer en gallo

Alours qe dehô n-i a le coronabourier, Billigradio é le Cac Sud 22 vous perpozent de decouvri le Galo en vous défutant.
N-i ara châqe jou ene nouvelle passey. Tiqez su l’imaije é jouez en pus d’aprindr le Galo !


Pendant que nous sommes confinés chez nous, c’est l’occasion rêvée d’apprendre le Gallo en vous amusant avec Billigradio et le Cac Sud 22.
Chaque jour nous vous proposerons un nouvel exercice. Cliquez sur l’image !

L’aparessence du temp :



Cliquez sur l’image

Mots mélës – la ferme :



Cliquez sur l’image

La technolgie :



Cliquez sur l’image

Neti propr :



Cliquez sur l’image

La garçaille :



Cliquez sur l’image

Terouez le mot :



Cliquez sur l’image

Se pouiller :



Cliquez sur l’image

Les jestes du tous les jous :



Cliquez sur l’image

Manjer a l’ôtelle :



Cliquez sur l’image

Solenn é Plop 01 :



Cliquez sur l’image

L’oure (l’heure) :



Cliquez sur l’image

Solenn é Plop 2 :



Cliquez sur l’image

Se bonjourer :



Cliquez sur l’image

Se perzenter :



Cliquez sur l’image

Les metiers :



Cliquez sur l’image

Mots dans la bonne case :



Cliquez sur l’image

De la crêpe crue :



Cliquez sur l’image

Elouter le bourier :



Cliquez sur l’image

Chaque jour un jeu :



Châqe jou pus fort de Galo
Ecouter et lire

I. Haute Bretagne, Promenade en paiz gallo

Depuis plus de 10 ans, le CAC Sud 22 propose des recueils de contes, nouvelles, poésies, diries en gallo issus du concours d’écriture en langue gallèse organisé tous les ans.
La dernière édition : Haute Bretagne, Promenade en paiz gallo, vous propose de suivre 21 auteurs et de parcourir tout le pays gallo : l’Ille et Vilaine, la Loire-Atlantique, l’est du Morbihan et les Côtes-d’Armor.
Vous passerez d’un thème à un autre : Partir, Nature et Remembrement, Art et Patrimoine, 1914-1918.
Vous aurez le choix entre les contes, les nouvelles, les poèmes ; entre l’émotion et la gaieté.
Enfin, la promenade sera aussi sonore puisque les auteurs ont enregistré leurs textes. Le lecteur pourra ainsi apprécier la diversité et l’unité du gallo, langue de Haute-Bretagne.

A l’occasion du Mois du Gallo et de la sortie de cet ouvrage, le CAC Sud 22 et Billigradio s’associent pour vous en proposer quelques extraits. — En sieuvant les vint e un écrivous, vous serez dan le cas de coure le paiz galo, l’Ile- e-Vilaine, la Louère-Atlantiqe, la soulaire du Morbihan e des Côtes-d’Armor.
Vous pourez aller d’un sujit a un aotre : Parti, Nature, Ermembrement, Art e patrimouène, 1914-1918.
V’arez le chouèz entèr les contes, les nouvelles, les poétries, entèr l’emeyance e la ghaïtë. La promenerie sera etou ouéyante pesqe les ecrivous enguernitent lous texes poussës dan le grand courti gâriolë du galo, langue de Haote-Bertègne,

Voici quelques extraits à lire et a écouter (©Tous droits réservés)

Daniel Robert – Nanon e Edgar
×

Nanon e Edgar

I tet ene fai de temp ene eqerouée q’erivit a ene souri q’avet nom Nanon. Ça se pâssit par un biao dimaine du mouéz de mai, les flleurs taent belles e le sourai rayet ao través qheuqes nuées, e i fezet vrai bon dehori pour se defuter un petit de la semaine.

Nanon ét ene jieune moman souri qi demeure d’un bord le bourg. O vit, en landérinète, d’o ses siz garçâilles, pouint de tabut aoqhun, l’ôtè eyou q’o demeure ét ben avivandée e la vivature ét ben comode a terouer. Meins anet dimaine, Nanon a decidë d’aler bonjourer e manjer du gâtè, d’o ses garçâilles, céz sa couzine qi reste, yelle, de l’aotr bord le bourg.

La n’ét pâs qe c’ét ben lein d’aler céz la couzine meins ol ét dan l’obllije de tracer le bourg. La n’ét pâs qe c’ét ben ebahissant de tracer le bourg, nenna meins c’ét qe, dan le mitan du bourg, su la pllace, gn’a la boulanjerie. La n’ét pouint la boulanjerie qi fèt aqhuler Nanon, tout a la contrere, gn’a tourjou bone sente, meins, pour dire vrai, ét putôt Edgar, le marcaod nair o le bout des pates bllanches ao boulanjier, qi l’emaye.

Ho gare a Edgar le marcaod gâre ! q’o sonje dan yelle. C’ét vrai qe tout ao long le jou, Edgar ét coûchë ao pië de l’us de la boulanjerie, tornë en boule, i fèt mine de dormi meins dame, e Nanon le sait ben, i dort en lieuvr, i n’a ren q’un zieu de fromë, l’aotr zieu ét a aghetter, a zuner vaer si gn’aret pâs qhi qi s’emouvret su la pllace. Nanon sait ben q’Edgar la verra pâsser d’o ses garçâilles meins, tout come, ol a ben devocion de pâsser franc le bourg, e sans atout core. Just avant qe d’eriver su la pllace du vilaije, o dit a ses souriciaos de rester mucës ao pië d’un arbr, a esperer q’o revient les cri, e o comence d’avancer su la pllace. Le zieu a Edgar lâ z’a vûe meins i ne mouve pouint … pouint core. Nanon s’avance core un petit, ol ét pour dire rendue ao mitan de la pllace, Edgar, li, n’a tourjou pouint mouvë ene miette. Teurti-teurtant, Nanon avance core de qheuqes mètrs pés o s’eréte net raport qe Edgar ét a se deroler, i se detire les pates de devant pés les pates de drere pés, en deûz encalées touéz enqhettées, i vint se pôzer devant Nanon come pour l’empôzer de pâsser e i s’assit su son qhu a mirer Nanon. Gn’a ghere pus q’un coupl de mètrs entr Nanon e Edgar.

Si i voulet, d’ene paravirée, Edgar pouret aossi ben assoti Nanon ; d’un coup de cro, i pouret, si i voulet ben, la tuer net meins Edgar ét tout a son laizi ; Edgar espere core un petit. La pôvr Nanon ét devant Edgar, ol a grand poûr meins ne vieût pouint le montrer, la vla de rondi du dôs pour se fére pu grôsse. Edgar ét a la regarder se regromer, dan li i chaovit de la vaer de méme. Meins la n’ét pouint tout, astoure, la Nanon se rederce un petit pus core su ses pates, o rondit du dôs pus fort core, sembele q’o seret pour dire maitië pus grôsse – on diret bétôt la guernette dan la fabl de la guernette qi vieût deveni aossi fameûze come le torè – meins tous les amirabis-la n’ebahissent pouint ghere Edgar qi se chome su ses pates de drere e qi comence, li etou, a rondi du dôs. Edgar, li, ét core assë jouace anet, il a bone envie de jaopitrer, benéze, i jeûe d’o la Nanon. Cant q’i voûra, i l’assotira, meins pouint astoure core, gn’a qe d’esperer, esperer q’i seje just temp. Nanon, yelle, ét ao pllein de la piao, o ne peut pouint fére pus fort, du coup, o regarde Edgar dan les yeûs, o le regarde aossi nair, o le regarde aossi vilain mondit, q’Edgar sonje dan li qe, si Nanon continue de sorte, i va bétôt pouvair, ventiés, comencer a avair un petit cai poûr. Nanon, yelle, ol a grand poûr meins o ne le montere pouint. C’ét q’o seret core assë tétaode e rouâche la Nanon, ol a decidë d’aler bonjourer e manjer du gâtè, d’o ses garçâilles, céz sa couzine qi reste, yelle, de l’aotr bord le bourg e o vieût abouter son idée ! Demézë, ol ét jouqée su le bout de ses ongnes, o debogue des yeûs devers Edgar, o prend un grand respire e, dan ene avolée, o huche, aossi haot come o peut :

Ouao ! ouao ! ouao !

Edgar ét vrai surprinz, e apourë ao par-su par le brut de la hucherie d’un chain. D’instinct, i couette des choqes a se n’n aler devers la boulanjerie pour se qhuter. Ao moment-la, Nanon retône cri ses garçâilles qi taent restées ao pië de l’arbr, e i pâssirent franc le bourg aossi vitement q’i pûrent. En un vire-main, i furent rendus céz la couzine. Ene fai qe tout son monde furent a la muce, Nanon les atropelit a l’entour yelle e o lous dit de méme : Av’ous ben vû, mes garçailles, coment qe, qheuqefai, ça y’a du bon e qe ça peut y’étr ben comode, de qenétr deûz langues e de pouvair précher deûz parlements !!!!

E vla le bout

Daniel Robert

Un conte qe je ouis a Plouër-sur-Rance, en françaez, de la contouze ecoçaeze Fiona MacLeod e qi nous dit q’i tet pour nous aotrs. Le vla don tournë en galo par mai.

©Tous droits réservés

Marie Chiff’Mine – Les gargouilles de Landujan
×

Les gargouilles de Landujan

Pôvr bétes ! Elles ont la goule tenant a braillë sans bru diq’ ao bout d’l’an pour dire !
Ureûzement qu’j’passis net prés d’l’egllize de Landujan durant la netée d’la Nouas.
Entr le permië et le douzieme coup sonnë a Menet, lés roches préchent !
E v’la lés gargouilles qi s’mouvillent bé vitement. Ca fèt qe j’ae oui yeu parlement.
Ene gargouille chantë ene chanson ben d’amain pour cheminë diqe à la fontaine St Tudin et léz’aôtr ben benèzes dansaent en tourlillant, en virolant.
Y’a 10 canards à Landujan
Qhi vont à la fontaine
Fontaine, laridaine, berdinant
Fontaine, laridaine,
Fontaine, laridaine, ghaï ghaïment
Fontaine, laridaine, chantant
Je reponis à chantë bé vitement raport qe lés bétes taent come des serpida a m’embajolë, a m’enturllutë, a m’amiaolë en pllace d’étr maôvézes. J’avaes pou tout come, je m’mis a enqhillë un p’tit la route. Qhi qu’è vont fére ? Me sieudr, me happë, me rouchë ? J’avaes grand pou.
Nouna, les v’là qui se rchoment diq’ o cië e a s’entourillonë le collet su l’cllochë de l’egllize qi sonnë tant que tant. Dame là, j’të mârie, je guedinë, je guerdillë…j’avaes la diguedigue !
Ah, dame, è vont s’etragnë et degramatizë la batisse…
Nouna, lé serpidâ s’egaillirent dans lés etailes à goule déhaillée.
Au onzieme coup de menet, lés v’la terluzantes come tout. Pus qhéssion de se brignë !
Ene gargouille se mit a buffë et a rouincë bel e ben ! La v’la a gourmoulë ene poetrie :
Serpinette du bout d’l’an
Goule a serre-soui du cië
Ribandiao d’ene plée d’etailes
Ao douzieme coup de Menet, è taent a yeu pllace de gargouilles a braillë sans bru diq’ ao bout d’l’an cor!
E la plée cheyit su les gargouilles
La plée etrachit des etailes pour la Nouas e v’là l’bout de l’an !
Pôvr bétes !
Elles ont la goule tenant à braillë sans bru diq’ ao bout d’l’an !

Marie Chiff’Mine

©Tous droits réservés

Denise Bourhy – Remembrement
×

Remembrement

Pu de fosseu, les vaches vont moucheu et nous j’sons tout éterfereu : pu d’chataigneux, pu d’chenes, pu d’noesettes, pu d’fréses des boués, pu d’luciaous, pu de ver luisant, pu de lézars, pu d’saoutrelles, pu d’coccinelles. Il fallieu d’la piace pour passeu la moessouneuse, l’ensileuse, et tous les aout engins nouviaux.

Eu nous à c’hva su troës communes, sa nous feuseu troês remembrements. De pu, sans avère rin tchurbuteu dans nos parcelles, une des troës nous a feu payeu une redevance pendant ans.

Les beetes n’ont pu tout droé d’alleu à l’ombe ; les oesiaux, oues qui vont feure lou nids ? pu d’fosseu, pu d’mousse, eu les lapins, lou terrieu ? eu les lieuve, lou gîte ? les perdrix à couveu oeux pour éclaure au pieu du fausseu ? tout dla massacreu… ee d’la l’progrès !

Eu l’chatd’étcherée ? Pu d’chéne beurgotu pour t’chuteu des noisettes, le chouan eu sa chouette, oues qui vont alleu ululeu astour ? J’les applées Madame la nuit quand més gamins n’voulint pas dormir, j’lou disée qu’ol alleu lée prendre, l’lee effrayés, i s’en rappel cor.

Avant, falleu feure gaffe si tu t’asseyeu en bas du faousseu, lée vipères eu les caleufes logaiennt la oussi, les sourds et les crapaoux, les gernouilles de teere dans lée rigoles dée preu pour ponde lou chaplet d’tétards ; nous les gamins, j’attendains de lé veer sortir o lou ptite tcheu ; d’la vie partout !

Un voésin inteuligent m’diseu « le progrès tuera l’homme » eu « l’homme se détruira de lui-même ». Ee d’la nous pend au né. Le progrès cé biau, sa éed pour alleu tourjou pu vite eu moins d’ma. Pu besoin d’alleu au doueu l’hyver quand l’iau éteu geurouée o la berouette, savon et battoueu. Dans l’étabe, y a pu qu’à brancheu la tiroeure de vaches.

Tout compte feu, la machine remplace l’houme dans toutes les brnaches, elle est la meure du chômage et c’est bien dommage pour tout le monde, jeune et moins jeunes.

Denise Bourhy

©Tous droits réservés

Vovonne – Dans la forêt d’Loudia
×

Dans la forêt d’Loudia

Dans la forêt d’Loudia
Vl’à t-y pas q’un ptit gâ
qi se nommait Matao
S’promnait là, il fsait chaod

A coup i fsait tout gris
ça s’tait abernaodi
le cië tait rendu nair
on n’y veyait pu ghère

S’qhutit dans un pertu
i cheillait des martieaux
après qi cheillait pu
I sortit faisait bieau

les oésieaux s’épitint
et le souret rayait
un vlin se sourayait
su une roche sous les pins

Matao l’vait pas veü
i mint son pied su l’vlin
le vlin tait déveillé
il mordit à la main

Matao huchit su l’vlin
Mais le vlin li dit « Viens!
Viens canté mé
J’allons baëre une bolée! »

J’me nomme Martin le vlin
Mais faot pas avër paeür
J’sé pas un vilain vlin
Et j’t’invite de bon qhoeur!

Est là qe je demeure
Un tout petit hôté
Q’ est juste là par ilé
you q’j’allons pouaër caoser…

Et qhi q’tu vourais baëre?
Du cide ou ben une bière?
Veüx-tu un ptit morcé?
J’eu du lard q’est ben frais.

Une fé qi zurent caosé
rouché beü une bolée
s’en furent sous les poummiers
pour faëre lou mariénée

veïci ma ptite histoère
pour vous dire de n’pas craëre
q’tous les vlins sont vilains
Y’en a qi sont vra ben

Vovonne

©Tous droits réservés

Patrick Harel – Consail tenaeu par lé rats
×

Consail tenaeu par lé rats

Essai de tournerie d’yune fâble de Jean de La Fontaine
« Conseil tenu par les rats ».

Yun marcaod nomé Rodilardus
Fesé ô lé rats graô fricaud !
Qu’ô n’en veyé pus djeure
Ten i n’avé tocé !
Lé failhi qi restînt, n’ozé pu sorti d’lou pertus
N’teurvé à roucher qu’lé quart d’lou saoûl ;
E Rodilard paessé, sé l’failhi monde, l’restant,
Nenni pour yun marcaod, mé pour yun diâbl.
V’la qu’yun joû i s’en fus fère yun laintain veuyage,
L’marcaod s’en allît djeter yune bourjouèse.
Tandis qi m’né biao jaeu ô sa galande,
L’restant dé rats tînt yune assemblley
Den yune coencette su la chomance.
Dé l’entame lou maetr, personaije nète avizae,
Dégoeza qi falé putô mézae qé cant i n’sra pus temp
Liaeu yun gerlaoud ô caeu du Rodilard
Qu’d’maeme cant i l’iré en djèrre,
Dé qi l’ouéré v’ni, i déhoterins bé vite den l’pâtis ;
Qi connaesé qu’ceute féçon d’fère.
Chaqhun fût d’agrae ô l’maetr,
Aôqhûne idey n’lou semblît melhoure.
Mé malaezey lou parus d’liaeu l’gerlaoud
Yun dît : « J’n’iré pas mé, j’sé trop lipaod » !
Yun aoute : « J’n’saré pas mé non pus ».
Si ben qu’sen raein fère, chaqhun reprî sa bezey.
J’é maent assemblley vaeu,
Qi pour raein se sont tenaeus :
Assemblleys nenni d’rats, mé assemblleys de mouênes,
Vaïre assemblleys de chanouênes,
N’fauré ti qu’berdocher
La cour en conseilhours guerzille
Cant y’a bezouin d’fezous
I n’y a pus môyen d’terouer aôqhûn.

Patrick Harel

©Tous droits réservés

Pour acheter cet ouvrage, vous pouvez vous rendre sur le site du Cac Sud 22

II. Exposition

Dans le cadre du Mois du Gallo 2020, le CAC Sud 22 et les Caozons d’même – en partenariat avec les EHPADs du territoire – ont réalisé l’exposition : « Souvenance du paiz : les bones jens caozent galo ».

Débuté en janvier 2020, le projet regroupe :
– L’EHPAD Roch Ar Budo à Guerlédan,
– La résidence Eléade à Brocéliande,
– L’EHPAD Brocéliande à Loudéac,
– L’EHPAD La Croix Greau à Plémet,
– L’EHPAD Le Soleil d’Or à Plessala,
– L’EHPAD Roger Jouan à la Motte,
– L’EHPAD Du Cosquer à Le Quillio.

A cette occasion, des textes contés, des créations manuelles, des photographies, des peintures, des collectages ont été réalisé avec les résidents. Dans le cadre du Mois du Gallo, nous proposons d’en découvrir quelques extraits.
L’exposition partira cet été en itinérance dans les différents établissements.

Pour le mouéz du galo, le CAC Sud 22 e Caozons d’méme propoze une montrerie venue des EHPAD de la contrée. Vous serez dan le cas de decouvri des sons, des fotos, des trouvées qi mettent en biao le galo. L’ouvraije-la demenë depés le mouéz de janvier 2020. La montrerie sera éternée cantë tous yeûs q’ont travâillë en étrarie su le projit. Deça, o fera la virée des etabllissements qi l’ont minze subout.

III. Caozeries a Matao :

Le Cac Sud 22 vous propose depuis de nombreuses années des cours de gallo. Si vous souhaitez vous inscrire, contactez Hélène Gustin du Cac Sud 22 : patrimoine@cacsud22.com

Le Cac Sud 22 vous perpoze depés belledrive d’aprindr le gallo. Pour n’en savair pus long, sonjez den Hélène Gustin du Cac Sud 22 : patrimoine@cacsud22.com

Le erchaofement
×

Le erchaofement

Texe a André Le Coq

©Tous droits réservés

La gherre
×

Les caozeries a Matao : Gherre

Clés pour la lecture : ao = “aw” ( caozer ); ë = “eu” (rouchë); eû = “ew ” ; ée = “eille”, “euille ” (veprée); ei : è, éi; ae = ” é,ë,è,a ” (chantaet) ; pll =” pl” ou “pi” (pllace); bll = ” bl “ou “bi” (bllé);cll = “cl” ou “qi” (cllos) ;gh = “dj » ; qh = « tch » .

– T’as ton papier pour aler ao pain, Matao ?
– Vere. Tant qe n’y a core le dret. J’avons le temp de fere notr caozerie durant qe je fezons la qheue. més tarje-tai un ptit.
– Bon alors. Je sons en gherre qe dit le perzident de la Republiqe, l’aotr secan.
– Vére. E depés on ouet des mots, on vait des maintiens q’ont hardiment a revair o ce qi se dizaet du temp des gherres qe le paiz a cneûzes ao 20éme siècl.
– Il ét mention de « mobilizacion jenerale », parem.
– Vè. Les gherriers c’ét les souégnants, en permiere ligne, c’ét la pllace la pus riscante, surtout cant i n’ont pas tout le cai q’il ont a fére pour souégner les malades. En deûz, n’y a les soldats, le monde qi travâillent core dan les services, les uzines, les clloz. – Je treu qe tu te fes des avizions, Matao.
– Je ne crais pas. La ministr du travail dit q’il en chaot hardiment du monde des metiers-la pour la nation.
O print fâche contr des « tire-ao-fllancs » d’enterprinzes. Ao parsu, on ouit des emplouéyës cllamer q’il etint enveyës ao « casse pipe »,d’aotr dizint qi servint de « chai a canon » : les uns come les aotrs n’avint pas de cai se garder du virus, les masqs surtout. Le restant des demeurants se gardent de louer le virus en menant une maniere de « defense passive » Aotr ersembllance, on vayit hardiment de monde parti des grandes viles pour se nijer a la campagne.
– Sembe don qe n’y a pas mieû pour aguerouer les demeurants d’un paiz qe de le mettr en etat de mobilizacion . Veille maniere de s’en chevi. Faora vair aprés…

Traduction

– Tu as ta dérogation pour la boulangerie ?
– Oui. Tant qu’il y a le droit. Nous avons le temps de faire notre causerie pendant que nous faisons la queue mais écarte-toi un peu.
– Bon alors, on est en guerre a dit le président de la République , l’autre jour.
– Oui. Et depuis, on entend des mots, on voit des comportements qui ressemblent pas mal à ce qui se disait ou se voyait au moment des guerres que le pays a connu au XX ème siècle
– Il est question de « mobilisation générale », par exemple.
– Oui. Les guerriers, ce sont les soignants, en première ligne, l’endroit le plus risqué surtout quand ils n’ont pas tout ce qui leur est nécessaire pour soigner les malades. Puis, il y a les soldats, ceux qui travaillent encore dans les services, les usines, les champs.
– Je trouve que tu as l’imagination fertile.
– Je ne crois pas. La ministre du travail a dit les métiers de ces secteurs étaient décisifs pour la nation. Elle s’est fâchée contre des entreprises qui « tirent au flanc ». On a entendu des employés dénoncer le fait qu’ils étaient envoyés au « casse-pipe » ; d’autres ont dit qu’ils servaient de « chair à canon » : les uns et les autres n’avaient pas de quoi se protéger du virus, les masques par exemple. Le reste des habitants essayer de ne pas être contaminés en pratiquant une sorte de défense passive.Autre ressemblance, beaucoup de citadins ont quitté les grandes villes pour la campagne.
– On dirait qu’il n’y a pas mieux pour unir un pays que de déclarer la mobilisation. Vieille recette. Faudra voir la suite…

Texe a André Le Coq

©Tous droits réservés

Voir

BCDsevenaduriou

Solenn et Plop

Une playliste de 13 vidéos animées.

Solenn a 10 ans et habite en Bretagne. Plop est un extraterrestre. Son vaisseau spatial est en panne et il ne peut plus rentrer chez lui. Solenn guide Plop dans la découverte de son nouvel environnement ; un véritable voyage initiatique, parsemé de mille et une aventures.
À raison d’un épisode de deux à trois minutes par mois, le public sera invité à suivre les aventures de nos deux héros, qui leur apporteront des connaissances sur la Bretagne.

Participent au projet

Une production Bretagne Culture Diversité
Avec le soutien de la Région Bretagne
Et la participation de l’Institut du Galo

Traducteur-adaptateur : Daniel ROBERT

De tai a mai

La chaîne vidéo « De tai a mai » (de toi à moi) que Bretagne Culture Diversité propose est une collection de témoignages en Bretagne Gallèse. Des entretiens réalisés avec les aides de l’association Chubri, de Jessica Haumont, de Mathieu Guitton, d’Annie Guinard (Qerouézée, Galo en Côtes d’Ahaot), de Klervi Le Grouyer (La ferme d’antan) et d’Anne Diaz. Vous retrouverez dans ces échanges toute la diversité et la richesse de la langue de Haute-Bretagne.

Cours de Gallo

Institut du galo

Apprenez le gallo – la langue romane de Haute-Bretagne

Pour apprendre le gallo, la langue romane de Haute-Bretagne, l’Institut du gallo avec le concours de Fabien Lecuyer, vous propose des cours de gallo en vidéos.

A la fois simples et complètes, ces leçons de gallo vous permettrons très rapidement d’avoir de bonnes bases pour parler cette langue de Bretagne largement utilisée de Clisson jusqu’à Mur de Bretagne.

Attention, les cours sont en productions, n’hésitez pas revenir régulièrement pour ne pas en manquer un. Pour voir tous les cours, cliquez sur l’icône du lecteur vidéo.

Quelques liens :

Pour n’en savair pus long é aprindr pus fort de Galo, vene-la qhoqes naches :

L’institut du GaloLe Cac Sud 22L’institut ChubriL’academie du GalloCllâssiersBCDsevenaduriou