On Air

cover art

Dans l'actualité : Y-êtr a vacancer

Y-êtr a vacancer

Posté par Billigradio le 12 avril, 2019 dans Acutalités, Gallo / Galo

C’ét la Pâqe pour les garçailles. I visiteront lous amins. I vont cheminer a velo su les chemins ou den les cllos, se mucer den les boués é chomer ene subite. D’aotrs vont aler fére de l’esqhi, d’aotrs core vont veni céz lous mémés vaer de cai q-i n’i a fére come diôtises lein d’eyou qi restent.
N-i un temp ou éla taent les bezaignes de nos garcailles.

Astour-ci, i n’ont pouint sitant d’inventeries.
De vû de jou é de vû de net, les vela egâchës a drujer d’o une bouète a jeûs de vaerie.
Si qe n-i a du soulai o ben de la plley, pour yeûs, ‘ét de méme.
“T’es pas core lassë de cete jourie la ? “
N-i a pouint yun de lous jens d’aneit qi n’a pas dit un jou le bout de parole-la.

Pâs-meins n-i a du cai a fére a vacancer. Nan pouons les qhulturer, vaer un film avizë ou un grand coutumier du cinema o des écrivaijes parème !
Deden “La lorieuzetéy a mon pere” a Marcel Pagnol, je ouéyons du monde qi caozent o l’acent de Marseille. Les jieunes vont y-êtr net ébaobi de découvri l’ereur entr l’acent du film-la é sti-la de “Pus belle la vie”. I vont en rester la goule sous le nez. La va les mettr ene grande tocey den la goule… é den les cotisouères etou.

N-i a des fims q’ont marqë lous temps. “La Grande devarinade” d’o Louis de Funès é Bourvil, o ben “Rrrrrr” de la coterie des Nuls parême.
Den le permier, n-i a eune pâssée eyou qe le monde qi ergardent sont cotis de rire châqe fais. Cant qe les Francaez sont deden les Bains Publliq é qi ghettent chaqhun de lous cotës une ome o ene ferieûze moustache. Le tout d’o la musiqe “Tea for Two”. Les deuz francaez ne qnêussent pouint “Big Moustache”, é i ne s’qnêussent pas pus. “Big moustache”, ‘ét le petit nom d’un menou d’avion den le film é a l’oure-la i a touzë sa moustache.
Les deuz compéres berdacent en angllèz si tant qe possibl diq’a ste bout de parole-la :
“- And if you don’t come, I… I… Oh brichte alours coment qe nan dit deja?
– Meins coment “Brichte alours” ! But alours you are Berton, Berton de Haote-Bertègn ?”
L’aotr film, Rrrrr a un bout de parole qi restent deden la téte.
L’istouère o fime se joue ben avant l’Istouère, den l’Avant-Istouère.
La nét, les omes ont poû du nair raport qi ne vayaent pouint les bètes qi pouraent les étainer.
Den la coterie des omes de l’aije de Pelot, n’a yun qi a tenant un ouvraije a fére.
Châqe sair, a la brume de nét, i chemine de houle en houle é huche : ” La va y-êtr tout nair !” é “taé ta goule !” qe li répondent l’z aotrs.
Tous les films ne sont pas qhulturels ben su meins ben souvent nan y gllane du cai qi pouraet erservi un jou.

Pour les garçailles, nan pouraet ventiés lous perpozer de lère, lère un vra livr pouint un texe écrit par un bobiâ de la bouète a goule ou de Youtube qi se creit écrivou. Pour les garçailles, n-i a Jules Verne é ses éqeroueys é pour les pus grands, n-i a Honoré De Balzac d’o Vipe ao pouing o ben Tolkien é le signou des aniaos.
Je sonje qe si qe Bilbon Sacquet taet a vacancer, i seraet a coure les chemins en fezant qhoqes riries o ses amins. Alours qe si q’i taet devant une bouète a jeûs de vaerie, i ne seraet pouint jamains parti a coure le gherou.

V’la le bout.


Partager cet article :

CINEMA : Li – Chapitr Deuz
Les bibites, un vra qemerce
Un été dan le qheur de la Berteigne
Les Bertons qheus Grand-omes
Mémé a l’Ujène et Mémé de Mur. Deuz bertones à lous manieres.
QHI QE VOUS FERIEZ VOUS -AOTRS ?
Fotebale ou ben teuqe-ao-pië… meins pour les couéfes
Les sonjeries des siens de Loudia
Den le mitan de la Bertègn
Des bètes é des omes