On Air

Dans l'actualité : Vol de nuit – La Ferzae

Vol de nuit – La Ferzae

Posté par Billigradio le 10 février, 2019 dans Acutalités, Justice, Politique, Social

Langues régionales : facteur de divisions ou manière d’être ensemble ?
Des brimades de l’éducation nationale jusqu’aux actions de La Ferzae !

Alors que la France est un des seuls pays du monde qui étouffe les langues régionales, celles-ci se battent pour subsister.
Chez nous, le Gallo et le Breton sont antérieurs au Français. Le Breton a eu plus de facilité pour combattre son extinction programmée depuis Paris du fait de sa totale différence par rapport à la langue française. Le Gallo, en tant que langue romane, a eu beaucoup plus de mal.
Depuis quelques temps, le “Galo s’erchome” (se redresse). De nombreuses actions sont menées dans les écoles, des méthodes apparaissent dans les établissements scolaires, des cours sont donnés dans les collèges, lycées et même à la Fac de Rennes 2. De plus en plus de jeunes découvrent que le “mauvais français” que leurs grands-parents semblaient parler n’est autre qu’une langue à part entière avec ses mots, ses codes, son orthographe et surtout sa grammaire très complexe et très précise.

100 ans de racisme contre les langues de France !

 "interdit de cracher gallo"

Mais la voie de l’enseignement ne suffit pas à changer 100 ans de francisation et à effacer le mal fait par les bourreaux exterminateurs de culture.
Nous avons tous entendu parler des brimades faites aux gens, et particulièrement aux enfants, par le corps enseignant aux jeunes qui avaient le malheur de parler leur langue !
Ce n’est pas si ancien que cela, bon nombre de personne de 60 ans et plus peuvent encore en témoigner.

A l’instar de la République de 1789 et du populicide de Vendée, la France de 2019 ne vaut pas mieux !

Une étude a récemment révélé un lien étroit entre déracinement des gens et taux de suicide.
On comprend mieux pourquoi la Bretagne est malheureusement dans ce palmarès macabre.
https://www.ordrepsy.qc.ca/-/deracinement-culturel-et-sante-mentale-le-choc-des-jeunes-au-sein-de-leur-famille-et-de-leur-nation

Revenons 100 ans ou même 50 ans en arrière. Nous sommes en pays breton ou en pays gallo. Les gens n’ont pas le droit de parler la langue de leurs parents. Pire même ! Ils se font brimer, humilier en public, punir, maltraiter juste parce qu’ils sont le fruit de leur Histoire, le résultat de leurs lieux de naissance.
Ce culturicide orchestré depuis l’Elysée ne s’est pas déroulé qu’en Bretagne. Voilà pourquoi aujourd’hui, les Chtits, les Corses, les Alsaciens, les Savoyards, les Occitans, les Basques et plus récemment les Normands vivent mal dans cette entité administrative qu’est la France.

Aujourd’hui, les choses ne vont pas mieux. Certes l’assimilation et la propagande française ont porté ses fruits… mais il y encore une volonté du peuple de renouer avec ses racines.
Après les grands-parents locuteurs, après les enfants “de la honte”, voici la jeunesse fière de son histoire.

D’hier à aujourd’hui, des actions pour un demain !

En pays Breton, ce sont des parents d’élèves qui ont créé les écoles Diwan afin que la langue bretonne puisse survivre et être transmise. Aujourd’hui encore, ces écoles et lycées Diwan doivent se battre avec le recteur d’académie qui, pour sa carrière, privilégie les volontés de Paris aux souhaits de la population.
Certains militants ont choisi la voie de la communication par l’action, c’est le cas du groupe Ai’ta ! Un groupe de désobéissance civil qui sensibilise l’opinion publique et les institutions à la langue bretonne.

Depuis quelques mois, un groupe nommé La Ferzae s’active de même, mais pour le Gallo.

Voici le communiqué de presse de la dernière action du groupe Ferzae :

Ferzae, organisation de résistance pour le gallo, revendique le vol d’une vingtaine de panneaux routiers monolingues français en Loire-Atlantique dans la nuit du 08 au 09 février. Secteur Redon et Brière.

Par cette action nous entendons protester contre l’attitude méprisante et méprisable du président du Conseil Départemental de Loire-Atlantique Philippe Grosvalet à l’égard des 105 000 signatures récoltées pour la réunification de la Bretagne.

Ferzae (FZ)

Nous entendons également protester contte la débretonisation du pays nantais. Alors que des panneaux en gallo fleurissent dans les autres départements de Haute-Bretagne et qu’une politique de développement du gallo commence à voir le jour, le département de Loire-Atlantique est à la traîne et participe, par son inaction, à l’aliénation culturelle des habitants du département. Car, rappelons-le, le pays nantais,de Châteaubriant, à Machecoul en passant par Guérande et Ancenis est breton parce qu’il est gallo !
Le gallo et le breton sont les langues traditionnelles, historiques et populaires du pays nantais et ce depuis toujours.
Par conséquent, elles doivent impérativement être présentes dans la vie publique ! Nous exigeons la mise en place d’un véritable plan de développement du gallo partout en Loire-Atlantique !
————————–
Ferzae, souéte de luterie pour le galo, bani q’ol a menë eune roberie de paniaos durant la netée du 08 ao 09 du maez de feverier en Leire-de-Bertègn (payiz de R’don e Beriere). Les paniaos-la, eune vinténe, taen tertout ecrit ren q’en françaez, o race de galo dessus.
Je menime la roberie-la raport ao perzident du Consail Departementa 44 Philippe Grosvalet qi deprizit e envayit ao bourier les 105 000 signes rassérës pour la runifiance de la Bertègn.
Més la roberie-la a etout a-revair o la debertonizâcion de la Leire-de-Bertègn qi tourne bétot en abolissement qhultura. Astoure qe n-i a eune peupelerie de paniaos en galo den les aotrs departements de Haote-Bertègn, q’eune mene de parchomance du galo ét a étr levée p’tit a la fai, le departement de Leire-de-Bertègn, li, ét a se deqeneûtr de pus en pus.
Faot ben se n-n’avizer pâs-meins : le payiz de Naonte ét berton a-caoze q’il ét galo ! Dame sia ! Dede Châtiaoberiant diq’a Machecou a pâsser par Gheraonde e Anceni, le galo e le berton sont les parlements coutumiers e istoriqes du payiz naontaez depés tenant. De la secousse, i devent étr minzes ao haot-bout den toute la vie foraine du departement-la.
Je recllamons qe seje minz ao roule eune vra sonjée de parchomance du galo en Leire-de-Bertègn !

FERZAE (FZ)


Partager cet article :

Y-êtr a vacancer
Bobiâs forever !
Le r’pos a Macron
Le vélo-courerie de Loudia
Evancer o ben erqhuler
La neuve de manière ét gandilleûze
Le tabut d’un marcaod arjentë