On Air

cover art

Podcast Jeanne Malivel

Jeanne Malivel

Lecture Pause
Le 27 septembre 2019
Posté par Billigradio le 27 septembre, 2019 dans

Fort d’une grande maîtrise du patrimoinde du Centre-Bretagne et du Pays de Loudéac, le CACSUD22 et Billigradio vous invites à découvrir une fois par mois, un personnage, un batîment ou un lieu.
Aujourd’hui, nous partons sur les traces de la vie de l’artiste Jeanne Malivel.

Originaire de Loudéac, elle a marqué l’histoire artistique de la Bretagne du 20e siècle. Née en 1895, Jeanne s’initie très tôt au dessin et à la sculpture. Lors de ses études à Rennes, elle suit les cours de la peintre Louise Gicquel. Cette dernière l’encourage à se former à Paris. C’est ainsi qu’à 19 ans
Jeanne intègre l’Académie Julian, l’une des rares écoles d’art alors ouvertes aux femmes.

La guerre de 1914 interrompt ses études et l’oblige à revenir à Loudéac. Elle n’y retournera que deux ans plus tard. En 1917, Jeanne Malivel expose ses premières peintures à Pontivy. C’est à cette occasion, qu’elle rencontre l’artiste Maxime Maufra. Il l’encourage dans son travail pour
allier modernité et héritage breton.
En 1919, Jeanne intègre l’Ecole des Beaux-Arts de Paris où elle termine 4e au concours d’entrée. L’enseignement très académique ne lui convient pas et elle décide d’ouvrir son propre atelier.
Jeanne y développe de nombreuses formes d’expressions artistiques comme la peinture, la gravure, le mobilier, la faïence, la verrerie ou encore les costumes. Elle s’investit aussi dans les mouvements bretons comme le GRB Groupement régionaliste Breton ayant pour
ambition de fédérer les bretons de Paris.

Après quelques années à la Capitale, elle finit par s’installer à Loudéac. Elle débute alors le collectage de chansons et de contes du territoire. Pour elle, la culture bretonne doit être reconnue dans toute sa diversité et sa richesse.

En 1923, elle devient professeur aux Beaux-arts de Rennes. La même année, elle créer avec René Yves et Suzanne Creston les « Seiz Breur » ou sept frères. Ce nom issu d’un conte en gallo symbolise la renaissance et le réveil de l’art breton dans toutes les disciplines. Ce groupe, créera en 1925, un pavillon complet de la Bretagne pour l’exposition internationale des Arts décoratifs et industriels.

Quelques mois plus tard, Jeanne se marie avec Maurice Yung, et emménages à Vitré.
En 1926, Jeanne est enceinte mais fortement malade. Elle s’éteindra à 31 ans. Cette jeune artiste laisse derrière elle une production artistique prolifique.

D’ailleurs, si vous vous trouvez du côté de Loudéac, n’hésitez pas à vous rendre près des salles municipales « Jeanne Malivel ». Là se trouvent des vitraux de l’artiste représentant des paysages et des architectures dans un style contemporain.

Si vous souhaitez en découvrir plus sur Jeanne Malivel, de nombreux ouvrages et sites internet vous propose de découvrir sa vie et ses œuvres, notamment celui de l’association des Amis de Jeanne Malivel. https://amisjeannemalivel.jimdo.com/

A bientôt pour une balade en Bretagne-Centre avec le CacSud22