On Air

cover art

Podcast Fulgence Bienvenüe

Fulgence Bienvenüe

Lecture Pause
Le 29 novembre 2019
Posté par Billigradio le 29 novembre, 2019 dans

Bonjour,

Aujourd’hui dans notre chronique nous allons parler d’un personnage emblématique du Centre Bretagne : Fulgence Bienvenue.

Fulgence est né le 27 janvier 1852 à Uzel et est décédé à Paris le 3 août 1936. Cet inspecteur des Ponts et Chaussées est, avec Edmont Huet, le père du métro Parisien.

13ème et dernier enfant d’une famille bretonne, il acquiert très vite un goût prononcé pour l’histoire et l’archéologie grâce aux passions de son père. Il débute de brillantes études à 18 ans en intégrant l’école Nationale des ponts et chaussées pour devenir Ingénieur. En 1875, il obtient son diplôme et travaille à la construction du chemin de fer en Normandie, puis dans les Pays de la Loire. Il se distingue dans leur mise en place par l’utilisation aux nouveaux moyens technologiques comme l’usage de la dynamite. En 1881, il perd son bras gauche dans un accident sur un chantier mais il en parlera toujours autour de lui avec beaucoup d’humour.

3 ans plus tard, il est affecté à Paris pour travailler sur la construction des rails de la capitale. Il intégrera ensuite les services municipaux de la voie publique autour de la question des transports. Promu ingénieur en chef en 1891, il effectuera de nombreuses missions pour la ville comme l’Aqueduc de l’Avre. 

Avec Edmont Huet, il lance en 1898 la construction d’un réseau de chemin de fer métropolitain et se consacrera uniquement à cette tâche. La première ligne (Porte de Vincennes – Porte Maillot) est inaugurée après quelques mois de travaux.

Le succès du métro est immédiat et les chantiers pour la deuxième et troisième lignes sont lancées dans la foulée. Ils sont bouclés en cinq ans.

En 1909, il épouse Jeanne Loret. 

À partir de 1911 et pendant une durée de dix ans, Bienvenüe assume, en plus de ses autres fonctions, celle de directeur du Service de la Voie publique, de l’Éclairage et du Nettoiement.

Bien qu’ayant soixante-deux ans lorsque la Première Guerre mondiale éclate, il obtient sa mobilisation le 3 août 1914, en tant que colonel du Génie, pour participer à la mise en état de défense du camp retranché de Paris.

Bienvenüe demeure Ingénieur Conseiller de la Ville jusqu’à sa retraite, le 6 décembre 1932, à l’âge de 80 ans. L’année suivante, le Conseil municipal de Paris décide de donner son nom à la station de métro et à la place du Maine.

En vous baladant à Loudéac et dans les communes environnantes, vous découvrirez vous aussi les rues ou établissements scolaires portant son nom !

A bientôt pour une nouvelle balade en Bretagne centre.


Hélène pour le CacSud22