On Air

cover art

Dans l'actualité : LGDV : L’Iao

LGDV : L’Iao

Posté par Billigradio le 13 décembre, 2019 dans Acutalités, Gallo / Galo

Vaïci le temps où je me sieuti é qe je me dizis : qhi ce qe j’vas ben pouvair teroué come idey pour passé dan le post de Billigradio venderdi ? Alour, sieutée qe je taes, je me mis à sonjer. J’avaes ben sonjë i a qheuqes jous a vous contë eune devarinade dan le boué en pllein dan l’iver meins là ressemblleraet à la dirie de Gaël la daraine semenn. Je zieutis alentour de mai : je veyis mon chat q’étaet là à baire… Je ouéyis etou la sonerie du douet electriq qi me ghimenti qe les hardes taent dessalies meins je taes à sonjer, je taes sieutée qe depeys 1 minute… o allaent espérë un petit… Dehô, n’i’avaet des berouétées de pllée… depey pû d’un moué de temps tout come !!! Je oueyis mon gâ q’étaet à se doucher. « Va vantié ben falair dehori, qe je li huchis, là faet ben 15 minutes qe t’es à metr l’iao a coure ! »
E pis je me dizis core « Va pas falair passë hardiment de temps su la caozerie-là qe tu vas fére dan le post raport qe t’as ton espectacl de l’ecole q’ét pas tout aboutë é c’ét dan le bout de la semen ! » Dam vére, je së cllassière é come tou l’z’ans, j’avons amaré, o les ébluçons, un espectacl de la Noua pour lou gens adsair. C’t’anée-là, j’avons come suji l’iao, l’iao dan le mond, les maniéres de prendr garde à l’iao é pis l’iao qi coure dan la Berteign o Léghé, o canal de Nantes à Brest, dan le lac de Gherledan, dan la rigole d’Hilvern, dan le lié… o les doués, les moulins…. E pis là n’ét pas qe le suji de l’espectacl meins c’tu-là de toute notr ané : pour les sciences, en istouére, en jographie, en liries, en écrivaije, en ouvraije artistiqe… J’alons méme y allë en cllasse de riviére tout d’ensemble….
« Ben le v’la mon suji pour la caozerie de venderdi… l’iao ! »
Pourqhi don qe j’avaes dan l’idey de vous caozé d’eune devarinade I’a qheuqes jous ? Et raport q’ét la meilloure maniére, dan le bout de la semenn, de qhitë la lassure du travail, de laisser les tabuts à l’otë é j’m’en retourne tenant délassée, apézée, beneize é pllein d’ideys vra ghaies dan mon chuchot pour mener des projis… Meins je m’en vas tourjou fére c’te devarinade oyou q’i n’i’a de l’iao, cote d’un ruzé é… o toutes les ernaopées q’j’avons eûs, l’iao-là, o coure tant qe tant é ça fét du bru tant qe tant é tout éla ét si tant biao qe vous envalez un bon morcé de nature qi vous fét sonjer qe le monde ét tout come ben haïtant.
V’là pourqhi qe je caoze de l’iao… Et raport q’ol ét précieûze pour le portement, le moral, la vie de chaq de nous-z’aotrs é de nos ancétr. La vie se pass entour de l’iao… Tout come le monde s’atropèle entour d’eune fouée pour layer amintiés, entour de l’iao i’a é i’a eûs hardiment d’oures de partaije, de défuteries, d’éqerouées ou ben d’aheurs…
Les pû vieûs d’entr nous z’aotrs areant souvenance de can q’i allaent ghété de l’iao dan le pur dan le mi-tant du vilaije, eune vra éqerouée en iver oyou qe tu t’en retournaes à l’otë o les dais gueroués, meins etou l’endret oyou qe tu te reterouaes o la coterie é ça se défutaet, é ça caozaet… E pis n’I’avaet core les couéfes qi taent entour du douet à laver les hardes, l’endret oyou qe ça chanteat, ça caozaet… N’I avaet tenant la « Marie bagoularde » du douet qi qenessaet tout su tout, ou tout su ren meins q’i se lançaet dan des menteries, si falaet….
E astour core, les pû bielles souvenances de ben du mond, c’ét-ti pas les défuteries cant qe, toute la garçaille s’en allaet à la riviére a peiché, a se jeter de l’iao ou core à se jeter dan l’iao… E pour yetre core dan les souvenances, les miennes a mai : mes parents taent des paizans, don de l’ouvraije les 7 jous de la semenn. Meins le dinmanche, dan l’étë, invencion pour yeus de rester à l’otë méme si q’i avaet de la pllée, du vent, qe le temps taet ao leû… I prenaent garde tout come : temps boudou, j’allions su la cote d’a bas… des bielles éparées, j’allions su la cote d’ahaot. Pour yeus chaq dinmanche des mouezs de juillet é out j’étions dan l’oblije d’allé à la mer. Là étaet lou pllézi é notr pllézi é là, mon pére i taet come eune garçaille à saoter dan l’iao é i ne prenaet pas garde à tout le mond qi pouvaet terouë ça ben baroqe son bronzaije qe su les bras… é core pas dic’aos epaones… é ren su le binot… E pis, I avaet les chatiaos de sabl qe je faisions é fallaet aller ghéter de l’iao pour metr dan les douves, é pis la mer qi montaet olmont é qi haichaet (détruisait) notr ouvraije… E pis après avair prinz un raission a acouter la mer, je nous en retournions raport qi falaet tirer les vaches. J’étions dans l’auto, 4 garçailles dan le drère, ben beneize de notr journé, à garder le brut de la mer dan les orailles dica la semenn d’apré. Je sonje q’astour ét core eune des pû bielle défuterie qe le mond fét o sa garçaille, ses amins…. E le pû drôle… Les bâtailles de iao : vra haïtant can qi faet ben chaod pour le grand mond é la garçaille.
L’iao, o fut core le suji de hardiment d’istouéres. Là, je sonje à Jean de Florette et Manon des sources. D’aoqhun me diraent : ét eune istouére ben trist !… Je lou diraes eune istouére de passions. E pis l’aotr jou, je lizis un conte o mes ébluçons : l’istouére d’un gâ qi va chaq jou gheter de l’iao pour son patron dan deuz bues (cruches). Yeune ét cotie é, du coup-là, le gâ gate la maitié de son iao su la rote qi le méne à l’otë. La bue ét ben trist raport, qe par sa faote, i ne ramène qe la maitié de l’iao à son bourjouez. « N’i’a pas chouez ! » q’i lu repondit : ergarde don les bielles flleurs qi poûssent du coté oyou qe je te porte. N’i’en avaet pouint du tout avant. Et grâce a tai qe je peû ôfri a la bourjouéze un biao bouqhet de flleurs chaqe jou. Ol en ét ben béneize.
Alour can je sonje a l’iao, je sonje core a la pllée. Bon ou maovez ghiment can qe la meteyo nous dit qe j’en arons ? Là ét vra qe can qe n’i’a maintieunes jou qe ça chaet, je somes dégrignous meins j’en avons é tous les paizs du mond vouraent ben en avair un petit ca. Acoutez don les paizans ou ben les jardrinous can qi n’i’a eune semenn qe je n’avons pas eûs de pllée ! E pis dans les istouéres ou les chansons, le pllézi ét maintieunes fais sous la pllée : « I’m singing in the rain » ou core, oyou qe les galands s’entr-embracent o toute la felonie (fougue) de la pâssion ?
E pis l’iao… mai, je sonje core, à la larme qi dehôri des zieûs é qi montr tout le sentiment qe le mond a dan le cor. Vantié ben un sentiment de tristesse meins etou un sentiment de jouey, de soulaijement. I a de cai ou du mond qi chalait (compte) dan nou vies é je le veyons dans c’te petite iao qi dévale la joué.
L’iao, je la bitons, je la vayons, je la oueyons, je la sentons, je la goutons. Tout le ca, o les sentiments, qi fét qe je somes du mond donjelouz (sensible).
Alour, come les drôles de personaijes qi sont dan « Koh Lanta », votr permière mission, si qe vous l’agrayez (acceptez), c’ét de teroué l’iao de cai q’vou pourez avair afére (dont vous avez besoin) meins etou yelle qi vou doneraet ben du pllézi.
V’là le bout !


Partager cet article :

CINEMA : Bad Boys For Life
La météyo du bout de la semnn
Haikouz a la mode bertone !
CINEMA : Qodac-Ta-Goule
LPDC : Météyo bout de la smenn
CINEMA : Underwater
LGDV : Le temp chanje
CINEMA : LA GHERRE DES ETAILES IX
LGDV : L’Iao
CINEMA : Docteur ?