On Air

cover art

Dans l'actualité : LGDV : Den le nair de la née

LGDV : Den le nair de la née

Posté par Billigradio le 8 novembre, 2019 dans Acutalités, Gallo / Galo

Aloûrs qe les journeys sont pas pus longues q’ene qhete de peûce é qe la nétey a de l’endon*, vene-la le temp de caozer du cai qi se passe den le nair de la netey.
La née, ‘ét ben pus q’un mot, ‘ét tout un monde !
La née, tout ét vra é tout ét impossibl. Nan peut mirer les étailes é la leune o ben n-i vaer goute.
La née, j’pouvons nous defuter o ben tot a la contrére avaer pou de ses bruts.
E pés la née, n-i a des manières d’orbières bergolues qi rendent des fais, le monde un petit fâilli.
La née ét surtout un endret eyou qe le vra se melaye un petit d’o le mirabilla* é l’encraodant.

Cant qe j’taes jieune, Den la bouète a goule, je voyaes des istouères de méme.
De la secousse, je sonjaes ben des fais den cai qi pouvaet se qhuter en dessou mon let. Tout sou, é avant de dormi, je chemineas den les sentes bergolues de mon esprit de garçaille.
Je sonjaes qi n’i avaet venties ene manière de Grand-bète* mucey par dessous mon let d’o la faim-vale e je sonjeas q’ol araet ben zu den son idey de roucher un pië o ene qhète, e si q’ol araet pouint zu son content, ol araet etou rouchë un dei o ene poqe.
Den mon idéy, ses yeuz, roujes ben roujes areant vuz la née parail come le jou, e araent ghettê le petit peu de mai qi n’araet pouint été qhutë sous les barnes*, ses grandes orailles araent ouï si qe j’ areas dormi o pas, é pis ses bras net longs araent pu me crocher.
Meins vene-la q’en runjant un petit, l’afère-la n’étaet pouint creyabl.

Meins alours, de cai qi n-i avaet sous mon let ? Du cai qi me fezaet grand-pou a coup sûr*.
La chose* taet hardi pus dusse a combattr q’ene Grand-bète denouriy*. J’en avaes pou le jou, pou la née é core pus pou qant qe j’étaes pouint den ma chambr. Ca taet insoufrabl pour mai.
La chose grôssissaet châqe jou un petit pus é ren ne sembelaet pouair la mettr a bâs*.

Ma mere a mai savaet ben qi n-i aveat un si pésq’o s’garisaet d’yeûz qant q’o passaet le seu de l’us de ma houle pour dormi*. Meins o dizaet pâs ren.

Le cai qi me fezaet le pû pou, ça taet qe le monde aqnêussent de cai qi se qhutaet là. Mai, je taes un petit hontou raport qe je savaes ben qheû libouène qi n-i avaet sous mon let.
Mouez après mouez, j avaes qhutë toutes mes bezaignes*, mes livrs, des parcheys, des estylos,… é tout le cai q’j’avaes abienë* pendant mes laizis. J’taes ben trop nian pour les cârer, aloûrs, châqe fai qe ma mère me dizaet de neti propr ma chambr, je mucaes tout mon cai sous mon let pour ne pus le vaer.

Un jou, j’étaes tout sou a mon l’otë é je me cojis a cârer. Grayë* d’ene pouche a bourie* e de la supouère pour me garder des iragnes, je mis tout en reng* en ene véprey de temp.

Mézë, je sës grand, j’ë pus pou du soui*, meins la née, n-i a du brut sous mon let. Sia, ‘ét la vra véritë. Alez-y vaer sous mon let. N-i a, mucë den le nair, deuz grand-z’yeuz jaones qi berluzent, des grifes apouintucheys*…. N-i a ene bète qi espère qe le dormi ét den mon otë pour saoter su mon pacot, hucher den mes cotissouères o ben mener le drao su le let avant qe de parti a coure come un folaod.
Pour abouter, mai, j’vâs vous dire, les Grand-bètes des jieunes sont ben boudètes a vûe* és marcaods net guedillouz* cant qe la née erive.
V’la le bout.

Ecrivou : Gael

Motier :
Avair de l’endon = durer longtemps
Le mirabillia = le merveilleux
Ene Grand-Bète = un monstre
Barne = couverture
A coup sûr = assurément
La chose = le truc
Denourie = affamée
Mettr a bâs = arrêter
Ma houle pour dormi = ma chambre
Bezaigne = jouet
Abiener = utiliser
Grayer = équiper
Pouche a bourier = sac poubelle
Mettr en reng = Mettre en ordre
Soui = Bazar
Apouintuchë = pointu
A vûe = comparer a
Guedellouz = vicieux


Partager cet article :

CINEMA : J’enqhuze ! (J’accuse)
LGDV : Den le nair de la née
CINEMA – LA BELLE EPOQE
LGDV – LA FILLE A VERCINGETORIX
CINEMA – DOCTOR SLEEP
LGDV – SAMAIN eune féte en Berteigne
CINEMA – LES CHEMINAODS – ACHALEMENT
CINEMA – Shaun Le Qetin
CINEMA – JOKER
Doune-mai des eles (Donne-moi des ailes)