On Air

cover art

Dans l'actualité : Mémé a l’Ujène et Mémé de Mur. Deuz bertones à lous manieres.

Mémé a l’Ujène et Mémé de Mur. Deuz bertones à lous manieres.

Posté par Billigradio le 21 juin, 2019 dans Acutalités, Gallo / Galo, Histoire, People

Mémé a l’Ujène et Mémé de Mur.
Deuz bertones à lous manieres.
Parail come tout le monde, j’avaes deuz mémés qant qe je teas qeniaod.
N’ i avaet la mémé à l’ Ujène (raport ao nom du pépé) et n’ i avaet la mémé de Mur (raport q’ o demeuraet su Mur de Bertègn).
Ben su j’ araes pu ahucher la permière mémé de St-Crade raport q’ ét la q’ o demeuraet et la deuziéme mémé ao Lucien (vous enterluzez ben que le pépé avaet le nom-la) meins j’ ë pouint souvenance porqhi qe je chouezis de fére l’ erreur de même.

Du temp la, je taes pouint a sonjer den ma bertonitë et pas pus fô den le deveni du galo.
Pas jameins, je runjeas qe je taes en Bertègn. Den ma jieune téte, je craye ben qe ni avaet pas ren d’aotr den le monde qe la pllace eyoù qe je demeuraes (St Crade a cotë de mémé à l’ Ujène) é yèle eyoù qe j’alaes à vacancer (à la ferme cez mémé de Mur).

Ma mere disaet du temp-la qe la mémé à l’ Ujène (qi taet sa belle belle-mere) caozaet net mal le francaez. Mai je taes aroutinéy de la ouï dire : “je vais donner à manger és lapins” ou core “ il fait froid a matin” ou core “ça va gerouer cette nuit”. Ma mere, qi taet segretouère du temp-la,  enduraet pas ses bedaines é o se futaet ren q’ a sonjer den yeèle et son failli francaez.

A Mur, le francaez taet net meillou meins le pépé et la mémé avaent tous deuz eune maodite maniere de mettr des tche den tous leurs bouts de paroles tout coume!
De la secousse,lou vilaije qi a nom Curlan devint Tchurlan.
Dés qe qhoq’ un arivaet à Tchurlan, je ouissaes : Tchi qui arrive ? Tch’ est ce qui veut?ou core “on est pas trantchilles”…

Je grandis donc en sonjant qe j’avaes un drôle de monde qi ne caozeat pouint parail come mai é qe la taet surenement eune maniere de vieux.

Meins si laà vous aotrs etou, vous sonjez que mon monde taet un petit baroqe, v’ alez pas yétr mâris cant qe v’ alez aqeneûtre les istouères qe me racontint les deuz bounefemmes-la.

Yèle à Mur de Bertègn, ol avaet eune manière de don pour pressenti le deveni, o rêvaet qhoqes fais une nouvelle avant q’ ol arive é o vayit des fénomènes mirabilla.
E come ela,q’  un sair de la belle sézon que le pépé taet parti visiter son biao-frere qi taet badalë ben badalë, o restit tout sou, sieutéy den sa vieille qhuizine. Le temp taet net biao, pouint trop chaod, pouint de nuaije, pas ren den le cië qi araet pu douner eune expliqe a qhi q’ o vit. La couézéy de la qhuizine taet ben ouverte du temp-la. D’ un coup, un epare entrit den la qhuizine, tournit autour de yèle et s’ en retournit en-dehö. Même pas pou la mémé, la permière idéy q’ ol eut, ça fut d’ ergarder l’ oure. Je sës pus ben meins je craye ben qi taet pas lein de 10 oures la nétèy. Un petit temp après, o vit le pépé s ‘enreveni de cez le biao-frere et li dit :
“je sës q’i defuntit es environs de 10 oures”. Je vous caoze pouint de la surprinze su la tété a pépé…

Èele a St-Cradé, o l’ avaet pouint de don. Pâs meins, o racontit qhoqes drôles d’ éqherouéys qi arrivitent à sa mere.
Un jou, o racontit une sairéy qe sa mere allit danser cante ses amines.
Du temp-là, a l’ entame du 20 ème siécl, ni avaet pouint de chêrte alour les amines cheminaent à pië. O cheminint, o caozint, o rigolint, cant q’ o ouissirent un cheva q’ arivaet par derrère yeles.
O se détournirent ben su é virent un vra biao jieune bouboume qi les doubllit.
De la secousse, o z’  ombllirent le cheva q’ o ouissirent just avant.
Pour abouter, o arivirent ao riguedaod et prinrent part ao la féte.
D’ un coup, tout le monde se mirent à regarder du  même cotë.
Sieutë tout sou den un coin de la pllace, tout le monde virent le biao jieune bounoume qi doubllit la mere a ma grand-mere é ses amines.
Il taet biao tout coume ! Et pés, par dessou la tabl, tout le monde veyit q’ a la pllace des piës, il avaet des sabiaos de cheviaos!!!
Pas creyabl pari!

Ben des anéys pus tard, mai qi sonjaes pouint trop den ma bertonitë, je m’ avizis qe, sans réalizer, j’ avaes tenant étë nayéy dedan!
Les Tche, les matins gerouës é les istouères mirabilla s’ ervinrent à mai et je comprins qe je taes ben bertone é qe le moment taet arivë de sonjer deden.

En v’ermerciant les mémés !

Ecrivouère : Lorine

Motier :
aroutinéy : habituée
ombller : oublier
éqherouéys : aventures


Partager cet article :

CINEMA : Li – Chapitr Deuz
Les bibites, un vra qemerce
Un été dan le qheur de la Berteigne
Les Bertons qheus Grand-omes
Mémé a l’Ujène et Mémé de Mur. Deuz bertones à lous manieres.
QHI QE VOUS FERIEZ VOUS -AOTRS ?
Fotebale ou ben teuqe-ao-pië… meins pour les couéfes
Les sonjeries des siens de Loudia
Den le mitan de la Bertègn
Des bètes é des omes