On Air

Dans l'actualité : Fotebale ou ben teuqe-ao-pië… meins pour les couéfes

Fotebale ou ben teuqe-ao-pië… meins pour les couéfes

Posté par Billigradio le 7 juin, 2019 dans Acutalités, Culture, Gallo / Galo, People

Durant tout le moué qi va vni, ‘la va yétr une vra belle éqerouée pour 23 françaezes meins je sonje etout pour bel et ben de monde dan le paiz. Vous väyez-ti de qhi q’il ét caozance ? I va don yétr mention de la coupe du monde de fotebale ou ben yeux qi vieulent diraen « la teuqe-ao-piës ». Meins du coup-la, ‘la n’va pas yétr des bounoumes su la cärrey meins des couéfes é des couéfes qi n’en vieulent hardiment. D’aoqhuns diront « J’en sës horni du fotebale-la ! ». Meins là, je sonje qe c’ét p’tit cai especia raport qe c’è la coupe du monde fumeline et en pus de ça en France.

Rassur’oûs, je ne vas pouint vous perzenter les jououzes, ni les pllezis du fotebale, ni core le portrèt des jououzes ou core pire la meniere de jouer. Je ne qenaet pas ren den les enhazéys (actions) des jouous,  les soqés libr (coup francs), les condanézons (pénalties), les bourdaïjes (obstructions), les enrais (engagements) e les 6 métrs… Je ne qenaet pouint yelles qi sont des ataqouzes, yelles qi sont des defensouzes, des empllaçantes… Les ghimenteries la, i sont den des mots de billets des journiaos ou dan des revûes come Onze mondial ou core su Telefoot dan la bouéte à goule.

J’vas mai vous caozer de l’entour, des bounes ideys qi cheminent den la tête é tant qe pu den le qheur des jououzes et de nous-aotrs.

En permier, mai, je demeuris tout demeurë, vra ebaobie cant qe c’ét qe je veyis qe la menouze passit su TF1 a bani yelles qi taent teriées pour yétr su les estades de la coupe du monde. Ela amontr q’ela ét eune afére aossi forte come cant les bounomes esperaent yeus itout. Biao qe, qand je demandit a ma fiy qhi q’ol en sonjaet, o me dizit : « C’ét vayant q’en France, les jououzes ne sont pas core des éteiles parail come en Ameriqes. J’n’en somes pas core la ! »
Deça, j’ë ben du pllaisi a sonjer q’i n’i ara eune atropelée de monde a s’entervair, a parlever, a se prendr dae la jourie-la, a porter cas a la glorieuzeté de notre paiz.
Pour en fini, d’aoqhuns diraent qe bounomes ou bounfame, tout là ét come la Gherche e Rannë*. Tout yeüs qi passent lou temps, lou vie a coure après eune teuqe ne runje pas den grand cai. Je l’s acoutit, mai, les dârains jous-li den l’post ou ben den la bouéte à goule, les jououzes de l’éqhipe de France. Je teroui q’il ont de cai den la téte et je vouraet ben qe la garçâille s’orineraen deden. I sont tout haïteys, fiëres tout come d’erperzenter la France, i tarvaillite a raide de corde pour yetr prinze den l’eqhipe et i vieulent tarvailler core pus pour russi. Pour yelles, pour l’éqhipe, pour les françaez, pour lou monde. I v’laen abuter (atteindre un but), ol ont zû hardiment de deu en-vû les idéys touté fétes su les filles qi joussent au fotebale meins i n’ont ren espérë des aotrs, i n’ont ren delâché.
Pour v’enghimenter, sav’ous-ti qe n-i a 5 jououzes de c’t’éqhipe là q’ont a-revaïr o la Berteigne ? Yeune orinée, yeune qi demeure depés toute jieune, trouéz aotrs qi joussent ou jouirent den des éqhipes bertones. Avant qe de mettr bout a fin, j’ë core de qhi caozer meins j’dirae just « Haï don les Blleues ! J’voulons vair de belles jouries, de belles maniéres de jouer é du pllezi !».

Rassur’oûs, je ne vas pouint vous perzenter les jououzes, ni les pllaisis du fotebale, ni core le portrèt des jououzes ou core pire la manière de jouer. Je së pas ben à mon afère à tout coup o les enhazéys (actions) des jouous, o les soqés libr (coup francs), o les condanézon (pénalties), o les bourdaïjes (obstructions), les enrais (engagements), les 6 métrs… Je ne qeneüt pouint yelles qi sont des ataqouzes, yelles qi sont des defensouzes, des empllaçantes… Les ghimenteries là, o sont dan des mots de billets des journiaos ou dan des revûes come Onze mondial ou core su Telefoot dan la bouéte à goule.

Mai, j’vas vous caozer de l’entour, des bounes ideys qi cheminent dan la tête é tant qe pu dan le qheur des jououzes et de nous aotrs.

En permier, mai, je demeuris tout demeurée, vra ebaobie qand je veyis qe la menouze passit su TF1 a bani yelles qi taent teriées pour yétr su les estades de la coupe du monde. Là amontr qe là ét eune afére aosi forte come qand les bounomes esperaent yeus itou. Méme si, qand je demandi son aviz à ma fille, o me dizit : « C’ét veyant q’en France, les jououzes ne sont pas core des étouéles tout come en Ameriqes. J’n’en somes pas core là ! »
En segond, j’ë ben du pllaisi à sonjer q’i n’i aura eune atropelée de mond à s’entervair, a parlever, à se prendr dan la jourie là, à porter cas a la glorieuzeté de notre paiz.
Pour en fini, d’aotqhuns diraent qe bounomes ou bounfame, tout là ét d’mém. Tout yeüs qi pase lou temps, lou vie à coure après eune teuqe ne rinje pas à grand chaose. Je les écouti, mai, ces darains jou dan l’post ou dan la bouéte à goule, les jououzes de l’éqhipe de France. Je teroui q’ol ont de cai sous le bonet et je vourae ben qe la garçaille les prit come exemple. O sont tout haïteys, fiëres tout come d’erperzenter la France, o se sont démenëes pour abouter dan l’éqhipe et o veulent tarvailler core pü a en ariver pour yelles, pour l’éqhipe, pour les françaes, pour lou monde. O voulaen abuter (atteindre un but), ol ont eû hardiment de deü cantë les ideys touté fétes su les filles qi jouent au fotebale meins o n’ont ren espérë des aotrs, o n’ont ren delâché.
Pour ghimenterie, savi’oûs qe n’i a 5 jououzes de c’t’éqhipe là q’ont un raport o la Berteigne ? Yeune orinée, yeune qi demeure depeïs toute jieune, troué aotrs qi jouent ou jouirent dan des éqhipes bertones. Avant qe de vous qhiter, j’ä core de qhi caozer meins j’dirae just « Heï don les Blleues ! J’voulons vair de belles jouries, de belles maniéres de jouer é du pllaisi !»

Ecrivouère : Anita


Partager cet article :

Pleugriffet. Un nouveau médecin, une fois par semaine
Pays de Quimperlé. Le Trévoux : des agriculteurs condamnent des gestes d’incivilité
Quimperlé. Ambiance afro-bretonne à la kermesse de Diwan
Brest. Les agents des impôts contre la fermeture du centre de Brest
Pontivy. Sa voiture percute un bus scolaire, une automobiliste hospitalisée
Centre-Bretagne. Un automobiliste de 30 ans décède dans une collision frontale avec un poids lourd
Un pompier et deux gendarmes violemment agressés à Combourg
Guerlédan. Un conducteur tué dans une collision avec un poids lourd
Brest. À la Métropole, ça va devenir le Trône de fer…
Plounéour-Ménez. Un diagnostic rassurant de la chapelle Saint-Divy