On Air

Ca bouge sur Billigradio Le divorce entre Variscan et la Bretagne

Le divorce entre Variscan et la Bretagne

Posté par Billigradio le 16 octobre, 2016 dans

Ce samedi après midi, quelques centaines de personnes se sont rassemblées afin de manifester contre le projet minier prévu par le gouvernement en Bretagne.
Outre le désastre écologique provoqué par de telles pratiques, c’est surtout le manque de considération de la population locale par les nantis parisiens qui a fait se lever la foule.
Des consultations publiques uniquement proposées sur Internet où seul les initiés savaient où trouver les informations, les municipalités non consultés alors que les projets miniers se préparent à changer le visage de leurs territoires, la communauté de communes qui ne tient pas compte de l’avis des communes s’étant tout de même exprimées et un préfet faisant toujours du zèle pour être bien considéré par l’Etat et ainsi conserver son poste ; voila le triste état de la démocratie à la Française. L’avis du peuple ou même de ses représentants n’est plus qu’un lointain concept faisant office d’idéal.
Sommes-nous réellement sorties de la République façon Robespierre. Ce mode de gouvernance qui a coûté la vie, non pas a tous ceux qui était contre la démocratie, mais bien à ceux qui souhaitaient pouvoir avoir le droit de s’exprimer. Déjà à l’époque le peuple subissait ce qui venait du Saint Paris, parole sainte qui rayonnait sur l’hexagone.
Déjà la République avait la presse dans sa poche en la personne de Marat. Il n’influençait pas la presse, il n’était pas un homme de presse, il était LA PRESSE à lui tout seul et gare à tous ceux qui ne se pliaient pas aux exigences dictatoriales de Robespierre et de la République.

Aujourd’hui, la liberté de la presse a été conceptualisée à l’instar de la démocratie. Un rêve auquel on préfère se raccrocher plutôt que d’ouvrir les yeux et agir.
Paris ne gouverne pas, Paris impose au peuple. Paris n’est pas élu, Paris fait en sorte de s’auto élire et de bien sélectionner qui peut ou non entrer dans la danse. Paris tape sur Xi Jinping mais jalouse le fait que le président de la Chine s’affirme dictateur.
Et enfin, Paris n’est pas la France. L’hexagone possède un riche passé, des cultures dans chaque région, des idées, des dynamiques, des envies et du talent. Mais sous sa couche de pollution, Paris ne voit que le reflet de son image terne et grise à l’image de son président qui se regarde faire du vélo.

Philippe Nogues, député de la 6ème circonscription du Morbihan a interpellé le ministre Macron concernant les projets miniers en Bretagne. La question a également été posée lors d’une assemblée du conseil. A chaque fois la réponse fut identique : « ces projets ne se feront pas contre l’avis de la population ».
Paris (nommé) répond donc à un député (élu du peuple). Aujourd’hui, tout comme pour l’extraction du sable, nous avons la preuve (une fois de plus) que Paris ne connaît pas la définition du mot « population » et « acte démocratique ».

Voici quelques interventions faites lors de ce rassemblement (malgré le mauvais temps et les problèmes de sonorisation) :

Vincent Aubin (Conseiller municipal St Mayeux) : 

Philippe Nogues (député) :

Loic Roscouet (Conseiller municipal et départemental) : 

Claire (Collectif Attention Mines) : 

 

 


Partager cet article :